Sports

Aulas suggère un tournoi amical cet été

Constatant la reprise des grands championnats européens, Jean-Michel Aulas a encore interpellé la ministre des Sports ce jeudi. Un brin résigné cependant, le patron de l’OL envisage un tournoi estival amical impliquant les clubs qui ont encore un trophée à jouer cette saison.

La Premier League et la Serie A, comme la Bundesliga et la Liga, vont bel et bien reprendre leur cours et aller au bout de l’exercice 2019-2020. Le constat est forcément amer pour Jean-Michel Aulas, qui depuis des semaines réclame à la Ligue de football professionnel (LFP) et au gouvernement français une révision du jugement prématurément prononcé. « Je suis déçu: on s’est mis dans une position limite vis-à-vis de l’UEFA qui avait donné des directives et on a enlevé un certain nombre de chances aux clubs qui auraient mieux terminé le championnat. Il y a une perte de chance qui frappe beaucoup de clubs, déplore le patron de l’OL dans un entretien accordé au Parisien. J’en veux à l’institution Ligue de football professionnel. Elle s’est montrée durant toute cette crise en dessous de la responsabilité minimum. »

Ce jeudi soir néanmoins, le gouvernement a donné son feu vert à une reprise des entraînements collectifs dans le cadre professionnel. Un demi-succès pour le président rhodanien et son club qui demeure engagé en Ligue des champions, face à la Juventus, au stade des huitièmes de finale (victoire 1-0 à l’aller). « L’autorisation donnée aux clubs professionnels de reprendre l’entraînement dès le 2 juin confirme que la décision d’arrêter les compétitions était hâtive, prématurée et contraire aux recommandations de l’UEFA, comme le club ne cesse de le souligner depuis cette prise de cette décision le 30 avril, peut-on lire dans un communiqué lyonnais dégainé dans la foulée des annonces du Premier ministre Edouard Philippe. Cette autorisation répond aux sollicitations et aux besoins des trois clubs concernés par les compétitions que les organisateurs ont décidé de maintenir depuis le début de la pandémie: les Champions League féminine et masculine pour l’UEFA, les Coupes de France féminine et masculine pour la FFF, la Coupe de la Ligue pour la LFP. En effet, Saint-Etienne, le PSG et l’Olympique Lyonnais pourront ainsi préparer ces rencontres de Coupe dans des conditions moins mauvaises que celles initialement imposées. »

Lille et Nantes intéressés aussi

« L’Olympique Lyonnais attend désormais la confirmation que des rencontres amicales pourront bien être organisées à partir du 22 juin comme annoncé ce soir », poursuit le communiqué. Les Gones, qui n’ont pas renoncé à leur projet de play-offs pour défendre la notion de « mérite sportif » soulevée par l’UEFA, ayant dans l’idée d’organiser un tournoi de préparation cet été pour répondre aux ultimes échéances de l’exercice 2019-2020. « Il est fondamental que les clubs français puissent commencer à jouer à huis clos début juillet, comme leurs concurrents européens, martèle le président Aulas. Si la Ligue ne veut pas, il faudra se poser la question de savoir pourquoi elle ne veut pas. Il faut autoriser au moins quatre clubs à jouer, les trois qui jouent les finales de Coupes nationales, Paris, Saint-Etienne et Lyon. Je rajoute Lille, qui est intéressé par un rôle de partenaire. Ces quatre clubs sont candidats pour jouer en juillet. Il y en aura d’autres, Nantes est intéressé. On pourrait démontrer que l’on n’est pas plus bête que les autres. Et surtout qu’on ne nous pénalise pas. Je ne vois pas quel serait l’intérêt du gouvernement à pénaliser ces clubs. La pandémie est en retrait partout, peut-être même qu’elle est en train de disparaître. La catastrophe économique pour le football français, je maintiens mes chiffres, s’élève entre 600 et 800 millions d’euros au 30 juin. »

« Je milite pour que Paris, Lyon, Lille et Saint-Etienne aient le droit de disputer des matches amicaux, claironne encore « JMA » dans les colonnes du Parisien. Le PSG apporte une caution et des moyens considérables au foot français pour essayer de se développer. Ils sont, comme Lyon, les plus grandes victimes de l’arrêt brutal du championnat. Pour Lyon, on aura perdu près de 100 millions d’euros de chiffres d’affaires. Je crains que pour le PSG ce ne soit le double. » L’homme d’affaire l’assure: « J’ai un élément de réponse du côté de Matignon (le fief du Premier ministre, ndlr) qui semble dire: cela s’étudie. Cela s’étudie parce que la proposition que je fais est sensée ! »

Lire aussi:
Les annonces du Premier ministre pour le sport
La Premier League relancée le 17 juin
La Serie A aussi annonce sa reprise

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/74

    74e- Nice en 1951

    66 points

  • 2/74

    72e- Lyon en 2003

    68 points

  • 3/74

    72e- Nice en 1956

    68 points

  • 4/74

    69e- Reims en 1962

    69 points

  • 5/74

    69e- Saint-Etienne en 1976

    69 points

  • 6/74

    69e- Saint-Etienne en 1964

    69 points

  • 7/74

    67e- Monaco en 1963

    70 points

  • 8/74

    67e- Reims en 1955

    70 points

  • 9/74

    65e- Lille en 1946

    71 points

  • 10/74

    65e- Lille en 1954

    71 points

  • 11/74

    63e- Monaco en 1988

    72 points

  • 12/74

    63e- Auxerre en 1996

    72 points

  • 13/74

    60e- Monaco en 2000

    73 points

  • 14/74

    60e- Bordeaux en 1987

    73 points

  • 15/74

    60e- Marseille en 1989

    73 points

  • 16/74

    59e- Lyon en 2002

    74 points

  • 17/74

    55e- Nice en 1952

    75 points

  • 18/74

    55e- Saint-Etienne en 1975

    75 points

  • 19/74

    55e- Monaco en 1978

    75 points

  • 20/74

    55e- Marseille en 1990

    75 points

  • 21/74

    51e- Marseille en 1948

    76 points

  • 22/74

    51e- Lens en 1998

    76 points

  • 23/74

    51e- Nantes en 2001

    76 points

  • 24/74

    51e- Lille en 2011

    76 points

  • 25/74

    47e- Roubaix en 1947

    77 points

  • 26/74

    47e- Bordeaux en 1984

    77 points

  • 27/74

    47e- Marseille en 1991

    77 points

  • 28/74

    47e- Saint-Etienne en 1957

    77 points

  • 29/74

    37e- Nantes en 1965

    78 points

  • 30/74

    37e- Saint-Etienne en 1967

    78 points

  • 31/74

    37e- Marseille en 1971

    78 points

  • 32/74

    37e- Nantes en 1973

    78 points

  • 33/74

    37e- Saint-Etienne en 1974

    78 points

  • 34/74

    37e- Strasbourg en 1979

    78 points

  • 35/74

    37e- Marseille en 2010

    78 points

  • 36/74

    37e- Reims en 1949

    78 points

  • 37/74

    37e- Reims en 1958

    78 points

  • 38/74

    37e- Reims en 1953

    78 points

  • 39/74

    30e- Monaco en 1982

    79 points

  • 40/74

    30e- PSG en 1986

    79 points

  • 41/74

    30e- Nantes en 1995

    79 points

  • 42/74

    30e- Monaco en 1997

    79 points

  • 43/74

    30e- Lyon en 2004

    79 points

  • 44/74

    30e- Lyon en 2005

    79 points

  • 45/74

    30e- Lyon en 2008

    79 points

  • 46/74

    24e- NIce en 1959

    80 points

  • 47/74

    24e- Marseille en 1972

    80 points

  • 48/74

    24e- Saint-Etienne en 1981

    80 points

  • 49/74

    24e- Brordeaux en 2009

    80 points

  • 50/74

    24e- Bordeaux en 1950

    80 points

  • 51/74

    24e- Bordeaux en 1999

    80 points

  • 52/74

    21e- Saint-Etienne en 1968

    81 points

  • 53/74

    21e- Marseille en 1992

    81 points

  • 54/74

    21e- Lyon en 2007

    81 points

  • 55/74

    19e- Nantes en 1983

    82 points

  • 56/74

    19e- Montpellier en 2012

    82 points

  • 57/74

    13e- Monaco en 1961

    83 points

  • 58/74

    13e- Nantes en 1977

    83 points

  • 59/74

    13e- Nantes en 1980

    83 points

  • 60/74

    13e- PSG en 1994

    83 points

  • 61/74

    13e- PSG en 2013

    83 points

  • 62/74

    13e- PSG en 2015

    83 points

  • 63/74

    10e- Reims en 1960

    84 points

  • 64/74

    10e- Bordeaux en 1985

    84 points

  • 65/74

    10e- Lyon en 2006

    84 points

  • 66/74

    8e- Nantes en 1966

    86 points

  • 67/74

    8e- Saint-Etienne en 1969

    86 points

  • 68/74

    7e- PSG en 2014

    89 points

  • 69/74

    5e- Saint-Etienne en 1970

    91 points

  • 70/74

    5e- PSG en 2019

    91 points

  • 71/74

    4e- PSG en 2018

    93 points

  • 72/74

    3e- Monaco en 2017

    95 points

  • 73/74

    2e – PSG en 2020

    96 points

  • 74/74

    1er- PSG en 2016

    96 points



Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page