Santé

que disent les premières données en vie réelle en Afrique du Sud et au Royaume-Uni ?


C’est la question que tout le monde se pose : les vaccins actuellement disponibles seront-ils capables de nous protéger du variant Omicron ? De premières données en vie réelle sont maintenant disponibles. Celles-ci proviennent d’Afrique du Sud et du Royaume-Uni, deux pays particulièrement touchés par la vague Omicron.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Comment fonctionne un vaccin à ARN messager ?
  Pfizer et Moderna ont choisi cette technique de pointe pour concevoir en un temps record leur vaccin contre le Covid-19. Cette vidéo présente tout ce qu’il faut savoir sur les vaccins à ARN messager en trois minutes ! 

Il est maintenant à peu près certain que le variant Omicron est plus contagieux que le variant Delta. Il devrait devenir prédominant en Europe en janvier 2022. Le Royaume-Uni estime pour sa part que le variant Omicron est entre 3,2 et 3,7 fois plus contagieux que le variant Delta. Il est devenu majoritaire dans ce pays dès le 16 décembre 2021, seulement 23 jours après l’annonce de l’Afrique du Sud. Concernant la dangerosité de ce variant, il est trop tôt pour conclure. Mais il semblerait provoquer des formes plus légères de la maladie que le variant Delta. Et concernant l’efficacité des vaccins disponibles ? De premières données en vie réelle sont maintenant disponibles.

Données en vie réelle, de quoi s’agit-il ?

Avant qu’un médicament ne soit autorisé sur le marché, des essais cliniques sont menés et les données analysées. Après sa mise sur le marché, les données continuent d’être collectées via différents canaux. Le principal est le canal administratif ; il s’agit du système de santé qui permet la prise en charge des soins.

L’analyse de ces données apporte des informations que ne peuvent pas apporter les essais cliniques. Le nombre de patients est beaucoup plus important et l’environnement n’est pas contrôlé. Bien entendu, tout est mis en œuvre lors de l’analyse pour garantir la confidentialité des données de santé à caractère personnel.

Trois doses du vaccin Pfizer-BioNTech protègent partiellement

Une étude britannique a été menée sur 581 cas Omicron, 56.439 cas Delta et 130.867 cas négatifs (témoins). Les résultats sont stupéfiants :

  • Deux doses du vaccin AstraZeneca n’apportent aucune protection contre le variant Omicron (vs 76,2 % contre le variant Delta).
  • Deux doses du vaccin Pfizer-BioNtech montrent une efficacité de 35 % 15 semaines après la deuxième injection (vs 63,5 % contre le variant Delta).
  • Trois doses du vaccin Pfizer-BioNtech montrent une efficacité de 75,5 % 2 semaines après la troisième injection (vs 92,6 % contre le variant Delta).

Une étude sud-africaine a également été menée sur 58.000 cas suspects du variant Omicron et 211.000 cas du variant Delta. Deux doses du vaccin Pfizer-BioNtech montrent une efficacité de 33 % sur l’ensemble des formes de la maladie. En revanche, l’efficacité sur les formes sévères de la maladie serait de 70 % après deux doses, quel que soit l’âge des patients.

Le vaccin Pfizer-BioNTech peut ralentir la progression du virus avec ses 75 % de taux d’efficacité après 3 doses. Sachant que l’efficacité des vaccins faiblit dans les mois qui suivent la dernière injection, combien de temps durera cette relative protection ? Dans ce contexte, les vaccins adaptés à ce nouveau variant sont attendus avec impatience.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. Ping : COVID-19: LE VARIANT OMICRON Fait ravages en France - 24H News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page