Santé

Le nouveau variant sud-africain qui fait trembler le monde


Avec la reprise de l’épidémie de Covid-19 un peu partout en Europe, le coronavirus est à nouveau au cœur de l’actualité. Nouveau rebondissement dans cette série qui semble sans fin : l’identification d’un variant hypermuté, B1.1.529 en Afrique du Sud. L’OMS se réunit d’urgence ce 26 novembre 2021 pour évoquer son cas.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Coronavirus : 5 questions pour un vaccin
  Plus de 47 vaccins contre le coronavirus sont en cours d’essai clinique dans le monde. Certains ont déjà avancé des résultats préliminaires encourageants. Alors que peut-on espérer de ces futurs vaccins ? Vont-ils nous permettre de retrouver une vie normale ? Cinq questions pour y voir plus clair. 

Il était inconnu la semaine dernière. Il provoque une réunion d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé ce 26 novembre 2021. Un nouveau variant du SARS-CoV-2 inquiète particulièrement les scientifiques car il est « hypermuté. » Il a émergé en Afrique du Sud, dans la région de Johannesbourg aux alentours du 10 novembre. Au moment de la rédaction de ces lignes, 65 cas confirmés sont répertoriés en Afrique du Sud, 6 au Botswana et 4 en Chine (sur l’île d’Hong Kong). C’est donc moins de 100 cas pour lesquels le génome est séquencé et identifié. 

L’OMS n’a pas encore statué sur le profil de ce variant : est-ce un variant d’intérêt (VOI) ou d’inquiétude (VOC). S’il est considéré comme un VOC, il se pourrait qu’il soit nommé variant Nu pour suivre la tradition des lettres grecques. En attendant, on l’appelle B.1.1.529, en référence à sa lignée phylogénétique.

Plus de 30 mutations dans la protéine S de ce variant du SARS-CoV-2

Les informations scientifiques sur B.1.1.529 sont très limitées et encore à confirmer. Mais il possède un nombre conséquent de mutations, plus de 30, dans sa protéine S, celle-là même qui permet son attachement et son entrée dans les cellules. Certaines de ces mutations sont présentes dans les variants Alpha et Delta et par analogie, les scientifiques craignent qu’elles confèrent aussi à B.1.1.529 le pouvoir d’échapper au système immunitaire et d’amoindrir l’efficacité des vaccins.

L’impact des mutations sur le comportement de ce nouveau variant est encore à confirmer. Il y a encore peu d’information sur l’état de santé des personnes infectées par B.1.1.529, et donc il est impossible de conclure sur la sévérité des symptômes qu’il provoque. 

Le successeur du variant Delta ?

Plusieurs pays, dont la France, ont déjà annoncé la suspension de leurs liaisons aériennes avec l’Afrique du Sud et ses voisins pour éviter la propagation de B.1.1.529. Les cas confirmés à Hong Kong Island étaient des voyageurs en provenance du pays. Si l’émergence de ce variant semble inquiéter la communauté scientifique, le peu de données à disposition appelle à la prudence. Il ne pourrait être qu’un des nombreux variants du SARS-CoV-2 à émerger sans outrepasser les autres.

D’autres études scientifiques sont nécessaires pour savoir si nous sommes face à un variant aussi contagieux que le variant Delta. En Afrique du Sud, le variant B1.1.529 semble se propager plus vite que ce dernier. Les prochaines semaines devraient nous en apprendre plus sur B.1.1.529.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page