Santé

et s’ils étaient cancérigènes ?


Les sucres artificiels ou édulcorants sont partout dans l’alimentation industrielle, boissons comprises. Depuis de nombreuses années, plusieurs études ont mis en évidence les effets néfastes pour la santé de ces additifs. Un nouvel article vient faire la lumière sur leur lien avec la survenue de cancers.

L’industrie alimentaire utilise des sucres artificiels dans de nombreux aliments et boissons. Les effets néfastes pour la santé des édulcorants sont de mieux en mieux connus. Ils seraient impliqués dans la survenue de maladies chroniques et de cancers. Les auteurs d’une étude publiée le 24 mars 2022 dans la revue PLOS Medecine ont investigué le lien entre consommation de sucres de synthèse (aspartame E951, acesulfame-K E950, sucralose E955) et le risque de cancer dans un groupe de plus de 100.000 personnes. L’aspartame, le plus connu des sucres artificiels, a la même valeur énergétique que le sucre mais a un pouvoir sucrant 200 fois plus élevé : il suffit d’en mettre très peu pour avoir un goût sucré.

Un suivi sur plus de 100.000 Français

Cette étude a été menée en France et a pu réunir 102.865 participants adultes issus de la cohorte NutriNet-Santé de 2009 à 2021. La médiane de suivi des individus est de 7,8 années. Pour mesurer les apports en sucres de synthèse, les participants ont dû à plusieurs reprises enregistrer pendant 24 heures tout ce qu’ils ont mangé en incluant les noms de marque des aliments et boissons industriels. Des modèles statistiques ont été utilisés et ajustés sur l’âge, le sexe, le niveau socio-professionnel, l’activité physique, le fait d’être fumeur ou non, l’IMC (indice de masse corporelle), la prise ou la perte de poids durant le suivi, le fait d’être diabétique ou non et les antécédents familiaux de cancers. Les modèles ont également été adaptés en fonction des apports d’alcool, de sodium, d’acides gras saturés, de fibres, de sucres, de fruits et légumes, de céréales complètes et de produits laitiers.

La consommation de sucres artificiels est un facteur de risque des cancers

Les plus grands consommateurs de sucres de synthèse (tous confondus) avaient plus de risques de développer un cancer, quelle que soit sa localisation. En particulier, l’aspartame et l’acesulfame-K étaient associés avec un risque plus élevé de cancer.

Les auteurs ont mis en évidence un lien statistiquement significatif entre sucres artificiels et survenue d’un cancer du sein ou d’un cancer lié à l’obésité. L’aspartame avait un lien particulièrement puissant avec le cancer du sein et les cancers liés à l’obésité.

Beaucoup de cancers pourraient être évités. Les cancers liés à la consommation de produits transformés en font partie. D’une part, il faut éduquer les populations dès le plus jeune âge à la consommation modérée de ce type d’aliments. D’autre part, il est nécessaire de mieux réglementer l’utilisation des sucres artificiels par les industriels via l’Autorité européenne de sécurité des aliments et les autres agences de santé.

Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d’abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page