Economie

On a testé la nouvelle classe Première Business du TGV

On se faisait un plaisir de voyager dans une débauche de luxe entre Paris et Lyon pour les besoins de l’enquête. Bravant les inévitables jalousies des collègues, on a failli embrasser le rédacteur en chef lorsqu’il a signé notre ordre de mission avec la mention inédite: “Prendre un billet en classe Première Business. Impératif”.

Le matin, on est arrivé à la gare avec une heure d’avance, à 7h30, ostensiblement muni de cet aller-simple à 142 euros -quand le voyageur en Ouigo s’en tire pour 22 euros- spécifiant en lettres majuscules rouges “Salon TGV Inoui” et “Accès direct”. Jean-Luc Mélenchon n’a pas tort, passé un certain âge, le luxe doit devenir la norme. Après tant de voyages en classe éco, notre dos de grand reporter mérite bien les coussins douillets et les fauteuils inclinables à double accoudoirs.

Tellement friand de ces petites attentions dans les aéroports, ces coupe-files et salons première avec buffets à volonté, magazines à profusion et wifi de compétition, on ne pouvait s’empêcher d’arborer un grand sourire en arpentant la magnifique Galerie des Fresques de la Gare de Lyon à Paris, où se trouve le salon VIP de la SNCF. Le sourire s’est figé en constatant que la porte était close et en lisant le panneau: “Votre Salon


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page