Economie

Les ventes de vélos explosent avec la crise sanitaire

Cyclistes à Paris, le 11 mai 2020.

Il y a d’abord eu le voisin de palier fier de présenter son vélo flambant neuf acheté la veille du déconfinement. Puis les grandes villes annonçant, dès la deuxième semaine de mai, une fréquentation soutenue des pistes cyclables alors même que le télétravail était encore la règle. A présent, ce sont les vendeurs de cycles, chiffres à l’appui, qui le confirment : oui, le vélo se porte bien, et les professionnels du secteur ont de bonnes raisons d’être optimistes.

Depuis le 11 mai, c’est la ruée dans les magasins. L’enseigne Intersport annonce 4 000 vélos vendus par jour. C’est 2,5 fois plus que l’année précédente pour la même période, et même 3,5 fois de plus pour les VTT. Modèles adultes et enfants, tout part. Decathlon reste discret sur ses chiffres, mais l’enseigne reconnaît un réassort à flux tendu.

Bien sûr, il y a un effet de rattrapage des ventes traditionnelles du printemps après deux mois de quasi-fermeture. Mais l’Union sport et cycle, le syndicat du secteur, qui enregistre une hausse des ventes de 114 % (cycle et accessoires) pour les trois dernières semaines de mai, confirme l’enthousiasme général, après un début d’année morose où, paradoxalement, la filière a souffert des grèves de décembre.

Lire aussi Déconfinement : la forte hausse du trafic cyclable à Paris en 2020 en trois graphiques

Un écosystème qui croit en l’avenir

La crise sanitaire et la limitation drastique des places dans les transports en commun jouent un rôle certain dans ce regain d’intérêt pour la bicyclette. Mais le Covid-19 n’a fait qu’accélérer la tendance de fond observée ces dernières années. Les nouvelles pistes cyclables, les aides à l’achat proposées par les collectivités et, désormais, du gouvernement, qui, tous, voient dans le vélo un candidat idéal au désengorgement des villes, ont l’effet escompté : les Français s’équipent. Et derrière, c’est tout un écosystème qui croit en l’avenir.

Chez Cyclable – 54 magasins implantés dans une trentaine de villes en France –, on prépare une nouvelle inauguration en région parisienne et l’ouverture d’une deuxième boutique à Tours. Les projets étaient dans les cartons, « mais la situation actuelle permet d’accélérer notre développement et de tester de nouvelles idées », comme l’ouverture d’un point service réparation à Paris, explique-t-on au marketing. Même topo à Thaon-les-Vosges, près d’Epinal, où Moustache Bikes a installé son usine de vélos à assistance électrique (VAE). Le lancement d’ici quinze jours d’une troisième ligne d’assemblage était programmé, mais elle arrive à point nommé pour répondre aux demandes insistantes des revendeurs.

Il vous reste 52.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page