Economie

Face au Covid-19, un nouveau protocole sanitaire en entreprise


Les entreprises sont appelées à se mobiliser pour endiguer les contaminations au Covid-19, alors que la cinquième vague touche la France. Ce lundi 19 novembre, le ministère du Travail, de l’emploi et de l’insertion publie de nouvelles règles, notamment en matière de restauration collective et d’organisation de moments de convivialité

Tout d’abord, le port du masque doit être renforcé. “Il faut absolument porter le masque dès qu’on est plusieurs dans un bureau, a martelé la ministre du Travail Elisabeth Borne sur franceinfo vendredi dernier. Il y a eu un certain relâchement. J’ai demandé à l’inspection du travail de renforcer ses contrôles.”

Deux mètres de distance dans la restauration collective 

L’une des principales mesures du nouveau protocole sanitaire concerne la restauration collective. “En l’absence de pass sanitaire dans ces lieux, et dans le contexte de reprise de l’épidémie, nous envisageons d’en revenir à une règle de deux mètres entre chaque personne à table, dès lors que le masque n’est pas porté”, a déclaré le ministère du Travail dans le nouveau protocole révélé par Capital.

“Sur la restauration collective, quand on est à table, on n’a pas le masque donc il faut respecter une distance de deux mètres. Et puis, on ne mange pas face-à-face”, détaillait la semaine dernière Elisabeth Borne, la ministre du Travail au micro de franceinfo. On revient donc à la règle des 8 mètres carrés par salarié dans les cantines d’entreprises, comme en mars dernier. 

Les moments de convivialité “pas recommandés”

Les moments de convivialité, comme les pots de départ ou de fin d’année ne sont pas recommandés dans le contexte actuel. S’ils sont tout de même organisés, ils doivent se faire “dans le strict respect des gestes barrières, notamment le port du masque, les mesures d’aération-ventilation et les règles de distanciation de deux mètres quand le masque est retiré”, a précisé le ministère. 

Rappel de l’importance de l’aération et de la ventilation 

L’aération est “une mesure essentielle de prévention des situations de diffusion du virus”, explique le gouvernement. Il exhorte donc les entreprises à assurer cette aération “de préférence de façon naturelle”, c’est-à-dire en ouvrant les portes et fenêtres en permanence et à défaut, au moins 5 minutes toutes les heures. Si l’aération naturelle n’est pas possible, le ministère recommande l’aération mécanique, cinq minutes toutes les heures, si plusieurs salariés y travaillent simultanément. 

Le ministère du Travail préconise par ailleurs d’utiliser les capteurs de CO2, qui peuvent être “utiles dans certains cas”. “Il est recommandé de réaliser des mesures de CO2 dans l’air, à des endroits significatifs de la fréquentation et à des périodes de forte fréquentation”, indique le gouvernement.

Pas de changement pour le télétravail 

Aucune modification directe du protocole en matière de télétravail n’est prévue par le ministère du Travail. Elisabeth Borne a néanmoins plaidé pour le dialogue social au sein des entreprises, et invité les employeurs à faciliter son déploiement, en tenant compte des enjeux d’organisation du travail, des risques liés à l’isolement des salariés, ou encore de la difficulté à respecter les gestes barrières”. 

Depuis septembre, le protocole ne prévoit plus un nombre de jours minimal de distanciel. Il prévoit que “les employeurs fixent, dans le cadre du dialogue social de proximité, les modalités de recours” au télétravail. Aménagé à plusieurs reprises, le protocole avait notamment imposé pendant plusieurs mois le télétravail comme une règle à compter d’octobre 2020. Il avait été “porté à 100% pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance”.

Aujourd’hui, il n’est pas prévu de rendre le télétravail obligatoire. J’invite toutefois toutes les entreprises à le favoriser et à définir les règles avec les représentants des salariés. pic.twitter.com/jaAyzs2096

Une décision qui a réjoui les représentants syndicaux et patronaux, favorables à ce que les règles sur le télétravail continuent à être décidées au sein de chaque entreprise. “Les CSE vont se réunir à nouveau pour trouver les solutions les plus adaptées à chaque entreprise”, a indiqué Cyril Chabanier, président de la CFTC. 

Indemnités journalières lorsque son enfant est positif 

Que faire si son enfant est positif au Covid-19? “L’un des parents qui restera à la maison pourra bénéficier d’indemnités journalières de la part de l’Assurance maladie. Ce n’est pas du chômage partiel et vous devez voir avec votre employeur si vous pouvez télétravailler en gardant un enfant”, a expliqué Elisabeth Borne. En revanche, si vous avez un enfant en bas âge, “ce n’est pas très commode, a précisé la ministre. Dans ce cas-là, vous pouvez vous arrêter et bénéficier d’indemnités journalières”. 

Enfin, la ministre du Travail a appelé les médecins de travail à prendre part autant que possible à la campagne vaccinale, à l’heure où une dose de rappel devient obligatoire pour les personnes majeures souhaitant un pass sanitaire valide. “Beaucoup de salariés ont confiance dans leur médecin du travail”, a assuré Elisabeth Borne. 




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page