Economie

Crise sanitaire: ces entreprises qui ont su s’adapter


Tous secteurs confondus, la crise sanitaire et économique n’a épargné personne. Face à cette situation inédite, les entreprises n’ont eu d’autre choix que de subir les restrictions sanitaires exigées par l’exécutif, les contraignant à revoir leur organisation. Selon l’Insee, l’économie française a ainsi connu une récession importante avec une chute du produit intérieur brut (PIB) de 8,3% en 2020. Mais toutes les sociétés françaises n’ont pas été impactées de la même manière par le Covid-19.

Trois quarts des entreprises “résilientes” ou “non-affectées” au Covid-19

Pour comprendre le comportement des entreprises en 2020, période durant laquelle l’Hexagone a été confronté à de multiples confinements et couvre-feux, l’Insee a récemment étudié l’impact de la crise sanitaire sur l’organisation et l’activité des entreprises. Résultat: une entreprise sur quatre a été lourdement touchée, selon un rapport publié début décembre par l’institut des statistiques. À l’inverse, trois quarts d’entre elles ont su limiter leurs pertes dès avril 2020 (38%), voire n’ont pas été affectées par la pandémie (36%).

Pour arriver à ce constat, l’Insee a établi quatre profils-types de trajectoire de choc d’activité sur l’année 2020. On retrouve les entreprises dites “déprimées”, qui représentent 6% des sociétés et 2% des salariés en France, les “confinées” (20% des entreprises, 12% des salariés), les “non-affectées” (36% des entreprises, 42% des salariés) ainsi que les “résilientes” (38% des entreprises, 44%des salariés). Et c’est justement cette dernière catégorie qui a particulièrement su s’adapter à la crise sanitaire.

Entre investissements et analyse de la demande

D’après cette étude, les entreprises “résilientes” ont connu une perte d’activité moyenne de 51% en avril 2020. À partir de juin, “les pertes sont moindres et le choc moyen reste stable autour de -20%” jusqu’au mois de novembre, avant de retrouver en décembre une situation économique quasi similaire aux années d’avant crise, note l’Insee. “Il est clair que ces entreprises ont su trouver les leviers pour redresser leur activité, notamment via des investissements et en s’alignant à l’évolution de la demande”, explique Julien Giorgi, l’un des auteurs de l‘étude.

Développement de systèmes de vente en ligne, de vente directe, développement de nouveaux produits, activités ou services, investissement dans de nouvelles technologies… “Ces instruments ont également été utilisés par les entreprises “non-affectées” qui ont tout de même dû modifier leurs habitudes face aux mesures sanitaires”, souligne l’expert. À noter que ces sociétés ont retrouvé leur activité économique normale dès juin 2020.

Des entreprises de tous les secteurs

Mais quel est le profil de ces entreprises “résilientes”? Bien que la majorité provienne des secteurs de fabrication d’articles de joaillerie, d’ordinateurs et d’équipements périphériques et d’équipements automobiles, cette catégorie comprend en réalité des sociétés de tous les secteurs. “Certains sont toutefois peu représentés comme celui de l’hébergement et de la restauration dont seulement 14% appartiennent à ce profil”, précise Julien Giorgi.

Par ailleurs, l’étude note une homogénéité en ce qui concerne la taille des entreprises “résilientes”. Environ tiers sont des grandes entreprises ou de taille intermédiaire, le reste étant partagé à peu près équitablement entre les PME et les micro-entreprises. “On observe des différences beaucoup plus marquantes sur d’autres trajectoires”, indique l’expert. À titre d’exemple, une grande entreprise sur deux fait partie de la catégorie “non affectées”. 

Face à la multiplication de contaminations au Covid-19 ces dernières semaines, de nouvelles mesures sanitaires pourraient prochainement être annoncées par le gouvernement. La majorité des entreprises, désormais rodées, devrait certes s’adapter plus facilement à la situation. Mais, “même avec une très bonne adaptabilité, les restrictions sanitaires, notamment un confinement, bouleversent la demande des consommateurs et impactent de ce fait les entreprises”, conclut l’auteur de l’étude.

Lire aussiEmploi: les jeunes, l’hébergement et restauration victimes de la crise du Covid


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page