Economie

A qui s’adressent les banques privées?


Bénéficier de conseils financiers parfaitement adaptés à sa situation budgétaire et à son goût du risque reste l’apanage des Français les plus riches. Il s’agit en grande majorité de chefs d’entreprise, de professions libérales et de cadres. C’est cette catégorie de la population qui constitue la clientèle principale des banques privées. C’est d’ailleurs pourquoi beaucoup de contribuables ne savent pas véritablement comment définir le terme de banque privée. Nous parlons bien d’établissements financiers -souvent filiales de grands groupes bancaires- qui proposent des solutions financières sophistiquées et personnalisées à leurs clients. Pour appréhender la différence avec une banque classique, un conseiller de banque privée ou un gestionnaire de fortune pourra avoir en charge entre 50 et 200 clients, alors que le conseiller bancaire standard gère plutôt jusqu’à 500 clients.

Les conditions de ressources pour accéder à une banque privée

Tout le monde ne peut pas bénéficier de ce service premium. Et tout le monde n’a pas besoin d’un conseiller en gestion de patrimoine. Si vous souhaitez accéder à ce type de banque, sachez qu’il vous faudra justifier d’un certain niveau de patrimoine. Le patrimoine (hors résidence principale) compte en effet plus que le niveau de salaire. Ainsi, les possibilités d’un conseiller privé seront plus limitées avec une personne qui gagne 5.000 euros par mois sans biens ou épargne volumineuse, qu’avec une personne sans revenu qui, à la suite d’un gain ou d’un héritage, dispose de fonds financiers ou de biens immobiliers importants. 

Vers une démocratisation des banques privées

La digitalisation croissante a ouvert une nouvelle ère pour la gestion de patrimoine. Il n’est plus nécessaire de rejoindre les grandes villes pour rencontrer son banquier. Un client peut désormais échanger très facilement avec son banquier et valider des opérations grâce à la signature électronique. Un gain de temps et des facilités qui permettent aux banques privées d’ouvrir leurs portes à des profils moins fortunés. Aussi, certaines d’entre elles commencent à s’intéresser aux personnes disposant d’un patrimoine d’un montant de 150.000 euros. Mais certains épargnants qui n’atteignent pas ce niveau de capital souhaitent tout de même bénéficier de recommandations personnalisées. Et la start-up Grisbee l’a bien compris, en lançant son offre d’abonnement à des services et conseils financiers à destination du grand public pour un prix de 4,90 euros par mois. En revanche, plus le capital est important, plus les services resteront haut de gamme. Autrement dit, pour ces nouveaux clients aisés, les solutions proposées seront un peu plus standardisées.

(Par la rédaction de l’agence hREF)


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page