Auto-Moto

La fin de la voiture thermique en Europe actée le 14 juillet ?

La Commission Européenne annoncera le 14 juillet prochain son plan concernant la voiture électrique, qui pourrait alors disparaître dès 2035.

Cela fait déjà de longues années que l’on sait que la voiture thermique n’a plus vraiment le vent en poupe. Et pour cause, son usage semble de plus en plus restreint, et tout est désormais fait pour dissuader les automobilistes d’opter pour un tel véhicule. Interdictions de circulations, notamment avec la vignette Crit’Air, malus de plus en plus sévère ou encore incitations à se débarrasser de son véhicule via la prime à la casse… bref, le gouvernement ne s’en cache pas, la voiture à combustion interne doit disparaître. Mais nos dirigeants veulent désormais aller plus loin que la simple incitation, notamment financière. Et pour cause, l’Assemblée Nationale avait voté en 2019 l’interdiction de la vente des véhicules thermiques en France dès 2040. Si cette décision avait évidemment fait grand bruit, tous les pays européens sont désormais plutôt d’accord quant à cette mesure, même si elle sera mise en place à différentes échéances. Mais l’Union Européenne souhaite cependant mettre un peu d’ordre dans tout cas, et s’apprête à dévoiler un vaste plan à ce sujet.

Celui-ci, qui aurait dû être présenté un peu plus tôt sera finalement officialisé le 14 juillet prochain, selon plusieurs sources, évoquées par le média Politico. Un jour probablement choisi au hasard mais qui a une résonance particulièrement symbolique en France, puisqu’elle tombe le jour de la fête nationale. De quoi provoquer encore plus la grogne des automobilistes, alors que la crise des gilets jaunes ne semble pas totalement être terminée. Si ce plan « carbone 2030 » ne devrait pas concerner que la voiture, celle-ci occupera cependant une place importante, alors que d’importants changements devraient être mis en place. On s’attend alors à l’arrivée de restrictions de plus en plus fortes au fil des années, jusqu’à une interdiction pure et simple de produire et de vendre des véhicules particuliers à combustion interne, et ce dès 2035. Une mesure forte, qui inquiète déjà les constructeurs, qui commencent parfois tout juste à électrifier leur gamme. D’autant plus que les modèles hybrides et hybrides rechargeables seraient également concernés par cette décision.

Uniquement de l’électrique

Concrètement, dès 2035, les marques seront dans l’obligation de ne proposer que des modèles 100 % électriques à la vente. Un objectif plus que contraignant, pour les marques bien sûr, mais également pour les automobilistes, pour qui ce type de motorisation n’est pas toujours adapté. Espérons que les technologies évoluent d’ici là, ainsi que l’infrastructure de recharge, pour l’heure encore insuffisante pour que tous les conducteurs passent à cette motorisation. Par ailleurs, si certains pays comme la Norvège sont déjà prêts, c’est loin d’être le cas, notamment en Europe de l’Est, où le sujet n’est pas vraiment à l’ordre du jour, notamment pour des raisons de moyens et de pouvoir d’achat. Mais qu’importe, tous devront donc se mettre au pas pour suivre les exigences de l’Union Européenne, qui reste intransigeante sur ses objectifs, et qui compte même les durcir au fil des années.

En effet, s’il était initialement prévu d’abaisser les émissions polluantes de 37,5 % par rapport à 2021, ce chiffre pourrait finalement passer à 60 %, puis à 100 % en 2035. Une manière habilement détournée de nous faire comprendre qu’il faudra jeter nos voitures thermiques à la poubelle dans très peu de temps.

A lire également sur Auto-Moto.com :

Audi abandonnerait le moteur thermique dès 2026

Volkswagen : la fin des moteurs thermiques approche

Ces constructeurs qui vont passer au tout-électrique


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page