Acceuil

Explosions en Ouganda : au moins trois morts dans des attentats-suicides

Deux civils et un policier ont été tués dans les explosions, a déclaré le porte-parole de la police Fred Enanga aux journalistes lors d’une conférence de presse dans la ville. Trois kamikazes sont également décédés.

La police n’a pas encore déterminé le nombre total de victimes car une équipe d’experts médico-légaux documente toujours la scène, a ajouté Enanga.

Les deux explosions ont secoué le centre-ville à cinq minutes d’intervalle. La police a déclaré que des images de vidéosurveillance montraient un homme adulte portant un sac à dos se faisant exploser à 10 h 03, heure locale, près du poste de police central. Enanga a déclaré que l’attaquant était mort sur le coup.

Deux personnes ont été confirmées mortes sur les lieux de la première explosion, tandis que 17 autres ont été grièvement blessées, a indiqué Enanga dans un communiqué.

Trois minutes après la première explosion, deux kamikazes à moto ont été vus en train de se faire exploser près de Raja Chambers et du Jubilee Insurance Building, le long de l’avenue centrale du Parlement de Kampala, a déclaré Enanga. Les deux bombardiers sont morts et le corps d’un civil a également été retrouvé sur le site, a-t-il ajouté.

Enanga a déclaré que 33 personnes avaient été blessées dans les deux explosions ; cinq d’entre eux sont dans un état critique. Les blessés sont soignés à l’hôpital national de référence de Mulago.

Des personnes éteignent un incendie causé par une explosion dans le centre de Kampala, en Ouganda, le 16 novembre 2021.

La police a poursuivi un quatrième kamikaze, a déclaré Enanga, ajoutant que deux autres bombes avaient été récupérées à son domicile et qu’elles exploseraient en toute sécurité.

Ministre d’État ougandais Kabbyanga Godfrey Baluku Kiime tweeté au sujet de l’explosion, en disant : « Il y a eu un attentat à la bombe au siège de [the Ministry of Information and Communications Technology and National Guidance]. Nous sommes tous en sécurité. Quelques collègues ont été blessés par des vitres et des débris volants.”

Enanga a déclaré que les attaques portaient la marque des Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe rebelle islamiste.

Il a exhorté les membres du public à rester vigilants, avertissant que: “les menaces à la bombe sont toujours actives, en particulier de la part des attentats-suicides”.

La circulation à Kampala a été sévèrement restreinte à la suite des explosions, les autorités exhortant le public à fermer les commerces et à quitter la zone.

La police et l’armée ont bouclé les rues autour du site de l’explosion et plusieurs ambulances ont été déployées.

Des images sur les réseaux sociaux montraient plusieurs personnes allongées dans les rues près de l’entrée du commissariat central et de la Haute Cour de Kampala.

Sur l’avenue Parlementaire, où s’est produite la deuxième explosion, toutes les rues ont été bouclées par la sécurité, les législateurs et le personnel parlementaire ayant été évacués.

Le mois dernier, un explosion à Kampala tué au moins une personne et blessé plusieurs autres. Reuters a rapporté que l’État islamique avait revendiqué la responsabilité de cette explosion.

Correction : Cette histoire a été mise à jour pour préciser que deux civils et un policier ont été tués, et non trois policiers comme indiqué précédemment.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page