Technologie

Microsoft et Qualcomm auraient signé un accord d’exclusivité pour Windows sur ARM


Windows sur ARM, c’est une histoire chaotique, pour le moins. Initiée en 2016, la dernière tentative de Microsoft en la matière s’est fait en partenariat étroit avec Qualcomm, ce qui est somme tout logique au vu du poids et de la nationalité du concepteur de puces. Qu’il y ait un accord entre les deux géants pour garantir à l’un des ajustements logiciels et à l’autre un droit de regard et de customisation sur les puces semble assez naturel.

En revanche, on vient d’apprendre, grâce à XDA Developers, que les deux géants seraient liés par un accord d’exclusivité. Le site n’a en effet pas pu apprendre quand prendrait fin cette exclusivité.

Un contexte d’ouverture

Il est intéressant en tout cas que cette information sorte alors que Mediatek, dont la conférence récente a été l’occasion de découvrir son nouveau positionnement, avec des SoC smartphone résolument haut de gamme, des partenariats également, et une volonté réaffirmée de s’attaquer aux PC sous Windows. Rappelons qu’en avril dernier, déjà, Mediatek et Nvidia avaient annoncé travailler à un SoC ARM pour PC, équipés de modules RTX. Mais ces puces semblaient devoir être d’abord destinées à des Chromebooks.

La donne pourrait donc changer si l’accord d’exclusivité arrivait à son terme. Dès lors, d’autres acteurs que Qualcomm pourraient entrer dans la danse et enrichir la proposition de Windows sur ARM, on pense donc à Mediatek, mais aussi à Samsung, qui produit ses puces Exynos, et a établi un partenariat avec AMD.
Sans oublier bien sûr, Microsoft lui-même qui cède à la mode lancée par son rival de toujours, Apple, et se serait mis à développer ses propres puces ARM, notamment en partenariat avec AMD, toujours.

A découvrir aussi en vidéo :

Car, si jusqu’à présent les PC mus par un SoC ARM n’ont pas été vraiment convaincants, Apple a démontré, depuis novembre dernier, qu’il était tout à fait possible d’offrir des machines endurantes et puissantes, loin d’Intel. Il serait donc aberrant que Microsoft se coupe du potentiel des puces ARM pour PC, et ne mettent pas sur orbite son système d’exploitation étroitement associé à Intel.

Et d’ailleurs, pour aller plus loin, rêvons un peu. Si Windows ARM devait s’ouvrir à d’autres SoC, ce qui demandera un vrai travail d’adaptation à chaque fois, pourquoi Windows ne tournerait-il pas nativement sur les SoC Apple Silicon, M1 et suivants ?
Depuis l’abandon des processeurs Intel, il faut en effet se contenter de la virtualisation pour faire tourner le système d’exploitation de Microsoft sur les Mac M1, Boot Camp n’étant plus du tout d’actualité.

Paradoxalement, cette fin d’exclusivité pourrait donc être une bonne nouvelle pour Windows sur ARM et pour le monde du PC en règle générale. Quand on voit ce qu’Apple a réussi à faire avec des propres puces, on se prend à rêver à des PC portables aussi puissants, silencieux et endurants. Une chose est certaine, Windows sur ARM a besoin d’un nouveau souffle, et les PC méritent une nouvelle jeunesse.

Source : XDA Developers


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page