Acceuil

Un ancien responsable du renseignement saoudien décrit le prince héritier comme un “psychopathe” qui se vantait d’avoir pu tuer le monarque assis en 2014

Dans un interview sur l’émission “60 Minutes” de CBS News, diffusé dimanche, Saad Aljabri a décrit avoir regardé un enregistrement vidéo d’une réunion qui, selon lui, aurait eu lieu en 2014 entre MBS et son cousin, Mohammed bin Nayef (MBN), qui était alors le chef du renseignement de l’Arabie saoudite. “Il [MBS] lui a dit [MBN], je veux assassiner le roi Abdallah. Je reçois une bague empoisonnée de Russie. Il me suffit de lui serrer la main et ce sera fini”, a déclaré Aljabri. “C’est ce qu’il a dit. Qu’il se vante ou, mais il l’a dit et nous l’avons pris au sérieux.”
Le père du prince héritier, Le roi Salmane, est monté sur le trône en janvier 2015 après la mort de son demi-frère, le roi Abdallah, à l’âge de 90 ans.
MBS est devenu prince héritier à la suite d’une lutte de pouvoir avec son cousin, Mohammed bin Nayef, qui a été déposé et a été assigné à résidence depuis juin 2017. Aljabri a travaillé en étroite collaboration avec MBN pendant des années en tant que deuxième responsable du renseignement du royaume.

Au cours de l’interview, Aljabri a également répété les allégations selon lesquelles MBS, le jeune dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, aurait comploté d’envoyer un commando pour l’assassiner au Canada il y a trois ans et aurait emprisonné deux des enfants d’Aljabri, Sarah et Omar, en Arabie saoudite. .

Aljabri a déclaré à CBS qu’il avait été averti en 2018 qu’une équipe saoudienne se rendait au Canada pour le tuer. Il a dit que l’avertissement est venu quelques jours après que le journaliste Jamal Khashoggi a été assassiné au consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018. Aljabri dit qu’on lui a dit : “… ne soyez pas à proximité d’une mission saoudienne au Canada. N’allez pas au consulat. N’allez pas au ambassade. J’ai dit pourquoi ? J’ai dit, ils ont démembré le gars, ils le tuent. Vous êtes en haut de la liste.
Le complot présumé du meurtre a été signalé avant.

Dans une déclaration à « 60 Minutes », un porte-parole du gouvernement canadien a déclaré : « Bien que nous ne puissions pas commenter des allégations spécifiques actuellement devant les tribunaux, nous sommes au courant d’incidents au cours desquels des acteurs étrangers ont tenté de surveiller, d’intimider ou de menacer des Canadiens et des personnes vivant dans Canada.”

CBS dit que l’Arabie saoudite a refusé une interview, mais l’ambassade du royaume à Washington a publié une déclaration, décrivant Aljabri comme un ancien fonctionnaire du gouvernement “discrédité”.

“Saad Aljabri est un ancien fonctionnaire discrédité avec une longue histoire de fabrication et de création de distractions pour cacher les crimes financiers qu’il a commis, qui s’élèvent à des milliards de dollars, pour fournir un style de vie somptueux pour lui-même et sa famille”, indique le communiqué. . “Il n’a pas nié ses crimes ; en fait, il laisse entendre que le vol était acceptable à l’époque. Mais ce n’était ni acceptable ni légal à l’époque, et ce ne l’est pas maintenant.”

Un groupe de sociétés saoudiennes détenues par le fonds souverain du royaume, que le prince contrôle, sont poursuivre Aljabri aux États-Unis et au Canada, affirmant avoir volé de l’argent dans le budget de la lutte contre le terrorisme. Aljabri a nié ces affirmations dans l’interview.

Il dit qu’il parle maintenant pour ses deux enfants qui sont emprisonnés en Arabie saoudite, en déclarant : “Je lance un appel au peuple américain et à l’administration américaine pour qu’ils m’aident à libérer ces enfants et à restaurer leur vie”.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page