Technologie

notre première prise en main

Google lance enfin ses nouveaux smartphones. Après un excellent Pixel 5 conçu pour rassurer à la suite d’un Pixel 4 raté, la marque californienne prend à nouveau des risques et lance deux nouveaux appareils, les Pixel 6 et Pixel 6 Pro. Aussi sophistiqués que leurs prédécesseurs au niveau de la photo, ces appareils vont un peu plus loin et pourraient offrir à Google un rôle plus important sur le marché du smartphone en lui permettant de développer une stratégie d’écosystème. Ils seront commercialisés le 28 octobre aux tarifs de 649 euros (Pixel 6) et de 899 euros (Pixel 6 Pro), ce qui en fait des appareils plutôt compétitifs si on les compare aux iPhone ou Galaxy les plus chers.

Google ose un design différent

Commençons par le design qui, en toute logique, devrait être assez controversé. Habitué à la sobriété avec sa gamme Pixel, Google tente cette année quelque chose de… différent. Le module caméra des Pixel 6 et Pixel 6 Pro occupe une large bande horizontale en protubérance à l’arrière du smartphone, ce qui le divise en deux parties. C’est très particulier, mais, au risque de vous surprendre, nous ne trouvons pas ça disgracieux. En main, les Pixel 6 et Pixel 6 Pro ont un air sophistiqué, très premium. Il est évident que certains rejetteront ce design, mais personne ne pourra reprocher à Google de faire comme les autres. Les Pixel 6 nous rappellent beaucoup les Galaxy S10 de Samsung, des appareils que nous avions adorés.

En France, Google est une nouvelle fois assez timide au niveau des couleurs. Les deux Pixel 6 seront proposés en « Noir Carbone » tandis que le Pixel 6 non-Pro aura le droit à la déclinaison « Gris Océan ». Google ne prend pas le risque de lancer trop de versions de ces appareils, sans doute à cause de son incapacité à gérer un trop grand inventaire (Google est avant tout une entreprise de software et n’a jamais été très bon en termes de gestion de hardware).

Après quelques heures avec ces appareils, nous devons nous avouer assez déçus par ces choix. Le modèle « Noir Carbone » est extrêmement salissant et donne une mauvaise impression en main. Il accumule assez facilement le gras et colle beaucoup (le vert utilise le même verre brillant, mais se salit moins). Selon nous, Google aurait clairement dû opter pour un revêtement mat, comme sur le Pixel 5. En attendant, on ne peut que vous recommander d’utiliser ces appareils avec une coque. Autrement, vous risquez de vous en lasser assez vite.

Au niveau des écrans, les deux Pixel 6 ne sont pas traités de la même manière. Le modèle le moins cher a le droit à une dalle OLED Full HD+ de 6,4 pouces (LTPS 60-90 Hz), le modèle le plus cher a le droit à une dalle OLED incurvée Quad HD+ de 6,7 pouces (LTPO 10-120 Hz, comme les derniers iPhone et Galaxy). Dans les deux cas, la qualité est vraiment au rendez-vous (nous avons hâte de vous livrer les résultats de nos tests en laboratoire !).

En revanche, nous sommes mécontents des bordures d’écran du Pixel 6. Plus larges que sur le Pixel 5, elles rendent l’appareil plus gros que ce qu’il aurait pu être. Nous aimions l’aspect compact des Pixel, nous le perdons cette année. Les deux smartphones sont d’ailleurs assez lourds (207 et 210 g) et plutôt épais (8,9 mm). Ils sont recouverts de verre Gorilla Glass Victus.  

Photo : une vraie montée en gamme

Comment parler de Pixel sans évoquer les appareils photo de ces smartphones ? Rois absolus des algorithmes, les smartphones de Google nous ont toujours impressionnés. L’entreprise californienne a toujours eu la capacité incroyable de sublimer les images en utilisant des capteurs pourtant moyens. Pour beaucoup, les Pixel sont (ou ont été) les meilleurs photophones du marché.

À l’heure de l’écriture de ces lignes, nous n’avons pas assez de recul pour vous livrer un verdict. En revanche, nous pouvons vous expliquer pourquoi les Pixel 6 ne seront pas comme les Pixel 3, 4 ou 5. En effet, pour la première fois de son histoire, Google augmente considérablement la taille de ses capteurs. Les deux smartphones utilisent un capteur principal de 50 Mpix (f/1.85) d’une taille de 1/1,31 pouce, ce qui leur permet d’absorber 2,5 fois de lumière que les précédents modèles. En plus de cet appareil photo, ils ont le droit à un ultra grand-angle relié à un capteur de 12 Mpix. Si Google réussit à bien adapter ses algorithmes, le résultat pourrait être bluffant.

Enfin, le Pixel 6 Pro bénéficie d’un capteur qui lui est exclusif. De 48 Mpix (f/3.5), ce dernier est relié à un zoom périscopique x4 similaire à ceux que l’on peut voir chez Samsung ou Huawei (zoom numérique x20). Au vu de l’incroyable zoom numérique de Google les années précédentes, on a hâte de voir de quoi l’appareil sera capable. 

Parmi les nouveautés mises en avant par Google, notons la possibilité de supprimer une personne ou un objet sur une photo sans passer par un logiciel de retouche (il suffit de l’entourer) ou le mode « Motion » pour créer des effets de pose longue en prenant en photo une personne ou un objet en mouvement. Un autre mode utilise l’intelligence artificielle pour déflouter un visage sur une photo ratée.

Au passage, Google a aussi pensé aux amateurs de selfies. Si le Pixel 6 se contente d’un capteur classique de 8 Mpix, le Pixel 6 Pro a le droit à un module ultra grand-angle relié à un capteur de 11,1 Mpix (94 degrés contre 84 degrés). Pour les selfies de groupe, il pourrait s’avérer redoutable.

Tensor : la première puce Google 

Parlons aussi rapidement du Google Tensor, la puce qui équipe les Pixel 6 et Pixel 6 Pro.

Avec ses nouveaux smartphones, Google tourne le dos à Qualcomm et, comme Samsung, Huawei ou Apple, va concevoir ses propres puces. L’entreprise met notamment en avant les capacités incroyables de son nouveau SoC en matière de sécurité (puce Security Core intégrée) et de photo. Nous n’avons pas eu beaucoup de détails sur le Tensor (Google nous a simplement dit qu’il s’agissait d’une puce conçue en interne, et non pas par Samsung comme certains sites spécialisés l’ont soupçonné…) et nous devrons attendre nos tests pour vous donner notre avis sur ce SoC qui, a priori, appartient bien à la catégorie haut de gamme (le Pixel 5 était un smartphone milieu de gamme). 

À découvrir aussi en vidéo :

Toujours rapidement, sachez que le Pixel 6 embarque 8 Go de RAM, 128 Go de stockage, des haut-parleurs stéréo, une compatibilité Nano SIM + eSIM, une batterie de 4614 mAh, une étanchéité IP68 ainsi que le support de la 5G et du Wi-Fi 6E.

Le Pixel 6 Pro se distingue avec 12 Go de RAM, une batterie de 5003 mAh (l’écran 120 Hz consomme plus, il faut bien compenser) et la présence d’une puce UWB (ultrawide band) qui, pour l’instant, ne sert sans doute pas à grand-chose. À terme, Google concurrencera peut-être l’AirTag d’Apple. Les deux smartphones supportent la recharge filaire 30W (sans chargeur dans la boîte) et la recharge sans-fil. En France, des écouteurs filaires seront livrés avec les terminaux.  

Des fonctions innovantes et 5 ans de mises à jour

Avec ses Pixel 6, Google promet cinq ans de mises à jour de sécurité et probablement trois mises à jour majeures d’Android, sans engagement fixe. La logique voudrait que les Pixel 6, livrés sous Android 12, finissent donc leur vie avec Android 15 en 2026, quand Android 17 commencera son déploiement. Google n’offre pas encore le même niveau de mises à jour d’Apple, mais fait tout de même partie des meilleurs élèves.

En plus de cette jolie promesse, les Pixel 6 devraient régaler celles et ceux qui veulent essayer des fonctions innovantes avant les autres. De nombreuses applications exclusives aux Pixel, comme le dictaphone qui retranscrit en texte tout ce que vous dites ou Call Screen, qui répond aux appels à votre place, seront capables de parler en français avec les nouveaux Pixel. Autre nouveauté impressionnante : la traduction en direct. Regardez une vidéo ou passez un appel dans la langue de votre choix, Google affichera des sous-titres en français au milieu de l’écran pour vous permettre de comprendre ce qui se dit. Le sous-titrage instantané, auparavant réservé à l’anglais, parle aussi français cette année. On a hâte de tester tout ça !

Enfin des Pixel en stock ?

Depuis l’arrivée des Pixel en France (avec le Pixel 3), Google a toujours eu du mal à fournir du stock aux revendeurs. Interrogée par 01net.com sur le sujet, la marque nous affirme que la situation va s’améliorer cette année. Si nos tests des Pixel 6 et Pixel 6 Pro s’avèrent concluants, surtout à 649 et 899 euros, il se pourrait bien que ces smartphones deviennent rapidement incontournables. Si vous achetez un Pixel 6 avant le 27 octobre, vous aurez même le droit à casque Bose 700 d’une valeur officielle de 299 euros. Une très bonne affaire.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page