Santé

Les vaccins contre la Covid-19 ne protègent pas que du SARS-CoV-2 !


À ce jour, près de 50 millions de personnes en France ont reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid-19. Pour ces personnes, le risque de faire une forme grave de la maladie est très faible. Mais il pourrait bien y avoir d’autres avantages à être vacciné ! Une étude publiée dans la prestigieuse revue Journal of Clinical Investigation suggère que le vaccin protège aussi contre les autres coronavirus, dont le HCoV-OC43, un virus responsable du rhume.

Les virus de la famille des coronavirus sont des virus à fort potentiel épidémique. En 2002, le SARS-CoV-1 est apparu en Chine. Il a généré une épidémie de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS en français, SARS en anglais). Environ 8.000 cas et 800 morts ont été recensés. Il existe un vaccin contre ce virus. En 2012, le MERS-CoV a surgi en Arabie saoudite, entraînant la mort dans au moins 30 % des cas (1.219 cas ont été diagnostiqués provoquant 449 morts). Il s’est propagé dans plusieurs pays du Moyen-Orient mais a rapidement pu être contenu. Seulement deux cas ont été détectés en France. En 2019, c’est le SARS-CoV-2 – ou maladie Covid-19 – qui déclenche une épidémie planétaire, toujours en cours. La Covid-19 a engendré plus de 4,5 millions de morts dans le monde et ce chiffre est certainement sous-estimé.

Et si le vaccin contre la Covid-19 protégeait contre tous les coronavirus ?

Plusieurs éléments de la littérature fondamentale soutiennent cette hypothèse. Pour la vérifier, le plasma d’êtres humains a été prélevé avant la vaccination et à différents moments après la vaccination (Pfizer, Moderna, ou J&J). Après la vaccination, de manière attendue, le taux d’anticorps anti SARS-CoV-2 était élevé. De façon très intéressante, les taux d’anticorps anti-SARS-CoV-1 et anti-HCoV-OC43 étaient eux aussi plus importants après la vaccination ! Les taux d’anticorps dirigés contre le virus de la grippe (influenza virus) n’étaient en revanche pas plus élevés après la vaccination contre la Covid-19.

En parallèle, des expériences ont été menées chez la souris. La vaccination anti-SARS-CoV-2 a entraîné une élévation du taux d’anticorps anti-SARS-CoV-2, anti-SARS-CoV-1 et anti-HCoV-OC43, comme chez les êtres humains.

Par ailleurs, les auteurs ont également évalué l’efficacité du vaccin anti-SARS-CoV-1 dans le cas d’une contamination par le SARS-CoV-2 chez la souris. Les souris préalablement vaccinées contre le SARS-CoV-1 supportaient mieux une infection par le SARS-CoV-2 que les souris non vaccinées.

Quelle durée de protection ?

Ces résultats très prometteurs nécessitent néanmoins d’être confirmés par d’autres études. En effet, tous les tests ont été réalisés très rapidement après la vaccination.

Les pandémies futures seront plus fréquentes, se propageront plus vite, feront plus de mal à l’économie et tueront plus de personnes

Il est connu que la protection vaccinale diminue avec le temps. Il serait très utile de connaître la durée de protection après la vaccination, que ce soit celle contre le SARS-CoV-2 ou celle contre les autres coronavirus. Cependant, celle-ci demeure difficile à déterminer. Elle dépend de nombreux facteurs, comme l’état de santé général de la personne ou l’exposition préalable à un ou plusieurs coronavirus.

La pandémie déclenchée par le SARS-CoV-2 ne sera sans doute pas la dernière de ce type. Selon un rapport du groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité (IPBES), « les pandémies futures seront plus fréquentes, se propageront plus vite, feront plus de mal à l’économie et tueront plus de personnes ». L’empiètement croissant de l’activité humaine sur l’habitat animal favorise la survenue de maladies émergentes. D’où l’intérêt de ce type de travaux.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page