Economie

Emplois: la banque française fait sa mue dans la douleur


L’hémorragie des emplois n’en finit pas dans la banque de détail. Le 12 octobre, la Société Générale a ainsi la suppression de 3.700 postes d’ici à 2025 dans le cadre de sa fusion avec le Crédit du Nord. La banque, qui espère “aucun départ contraint”, mise en grande partie sur les départs naturels à la retraite, estimés à 1.500 par an, pour enrayer l’impact social de cette restructuration.

Lire aussiFusion Société Générale et Crédit du Nord: 3.700 suppressions de postes

Le secteur bancaire fait sa mue dans la douleur. Il est plombé par les taux bas qui rognent ses marges, déstabilisé par les nouveaux entrants comme les fintech et les GAFA, contraint de s’adapter à la baisse de fréquentation des agences, l’automatisation des métiers et la digitalisation croissante des usages. Conséquence : les effectifs, notamment en agence, sont en chute continue depuis une dizaine d’années. L’an dernier, le secteur a encore perdu près de 6.000 emplois, soit une baisse de 1,7 %, indique la Fédération bancaire française dans un rapport publié en juin. Elle compte aujourd’hui 354.000 salariés – son point le plus bas en trente ans.

En Europe, 80% des suppressions mondiales

Ces évolutions frappent toute l’Europe. Entre 2009 et 2019, le secteur bancaire européen a fondu d’environ 500.000


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page