Politiques

“C’est la facture la plus importante de la Ve République”, constate René Dosière

Le budget consacré à la quarantaine de cabinets ministériels s’approche des 160 millions d’euros par an, a indiqué ce jeudi sur franceinfo, René Dosière, ancien député PS et président de l’Observatoire de l’éthique publique. 

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

“C’est la facture la plus importante de la Ve République”, constate sur franceinfo jeudi 14 octobre, René Dosière, ancien député PS de l’Aisne et président de l’Observatoire de l’éthique publique. Jeudi, l’Observatoire de l’éthique publique a publié un nouveau rapport concernant la rémunération dans la quarantaine de cabinets ministériels, qui est en baisse depuis trois ans. Mais le nombre de conseillers est en hausse depuis que Jean Castex est Premier ministre. Pour l’ancien élu, il est possible “d’avoir des effectifs plus faibles” mais cela nécessite une “révolution culturelle” au sein de l’administration française.

franceinfo : Que constatez-vous dans ce rapport ?

René Dosière : Il y a eu deux politiques différentes. Au début du quinquennat, on a voulu réduire de manière drastique le nombre de conseillers ministériels, et on s’est aperçu que ça ne fonctionnait pas. Et donc, sous Castex, on est revenu à des pratiques traditionnelles même si elles restent inférieures aux différents gouvernements de François Fillon. Mais ici, pour la première fois, les contractuels sont majoritaires par rapport aux fonctionnaires. Ce sont principalement des jeunes militants. Ils s’aguerrissent à la politique en faisant des missions auprès des élus, de la presse ou autres.

Ce sont des missions bien payées ?

Bien sûr. Les contractuels sont payés aux alentours de 7 000 euros. Les fonctionnaires qui gèrent les cabinets sont nettement mieux payés avec 9 300 euros en moyenne. À cela s’ajoutent des indemnités de cabinet qui sont élevées. Après avec le temps, il y a une tendance à la diminution des salaires dans les cabinets, environ 10% sur les trois dernières années. Pourtant, on s’approche des 160 millions d’euros par an. C’est la facture la plus importante de la Ve République. Il faut tout de même relativiser car ce n’est pas ce budget qui creuse le déficit de la France.

C’est impossible d’avoir des effectifs moins importants ?

On peut naturellement avoir des effectifs plus faibles. Mais encore faut-il que le mode de fonctionnement du cabinet change et qu’en particulier les rapports entre l’administration et le cabinet se modifient. Quand on a déjà de hauts fonctionnaires compétents en administration centrale, on n’a pas besoin d’avoir des gens de cabinet qui vont faire le même travail. Mais c’est une révolution culturelle pour les cabinets français.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page