Technologie

Pourquoi le Pixel 6 Pro est la preuve qu’Apple va passer lui aussi aux grands capteurs photo

Ils ne sont pas encore annoncés qu’on sait déjà tout d’eux : les Pixel 6 et Pixel 6 Pro devraient être rapidement officialisés par Google, mais leurs fiches techniques complètes ont déjà été publiées. Et l’une d’entre elles nous renseigne sans aucun doute sur le futur… d’Apple. Explications : à la lueur de l’analyse des différentes informations et illustrations qui ont fuité – c’est même une inondation à ce stade-là – on découvre que le modèle haut de gamme de la nouvelle fournée des smartphones de Google, le Pixel 6 Pro, intégrera un capteur très grand format de 50 Mpix.

Rien d’exceptionnel dans le monde Android, où les capteurs montent jusqu’à 1 pouce et 108 Mpix. C’est pourtant une révolution pour « l’axe américain » de la photographie sur smartphone incarné par Apple et Google. Les deux entreprises du pays de l’Oncle Sam ont en effet toujours abordé la photographie sur le même plan : un capteur 12 Mpix plutôt standard servi par une partie logicielle impeccable.

Lire aussi : Sharp surprend son monde avec l’Aquos R6, un smartphone à capteur géant et à écran 240Hz

Les deux Américains font depuis des années la leçon en matière de maîtrise logicielle, chacun avec ses succès et ses forces – à Google les premières stabilisations électroniques (EIS) ultra efficaces, les zooms numériques très propres ou le mode nuit étoilée, à Apple la perfection de la gestion des couleurs, même entre différents modules caméra, ou encore un autofocus d’une efficacité diabolique. 

Quoique produisant des clichés plus bruités, plus lissés et avec moins de détails, la précision d’image perçue sur l’écran du terminal, la rapidité de mise au point et la qualité des couleurs de l’approche Apple/Google maintenait le statu quo face à l’approche des capteurs géants ultras définis.

Lire aussi : Test photo de l’iPhone 13 Pro, une partition solide qui mériterait de meilleurs capteurs

Mais la fête est finie et il suffit de lire notre test photo de l’iPhone 13 Pro Max pour s’en convaincre : si Apple est toujours le roi de l’autofocus et sa maîtrise des couleurs encore améliorée, nous relevions le manque de précision d’image par rapport à la concurrence. Notamment l’approche très « photographique » de Huawei, qui pousse depuis plusieurs années la course aux grands capteurs et aux optiques de grande qualité.

Lire aussi : Le Google Pixel 6 va vous permettre d’effacer les inconnus sur vos photos

La bascule (bientôt) annoncée de Google dans le « camp » des grands capteurs très définis devrait être l’avant-dernier clou dans le cercueil de l’approche « capteur 12 Mpix ». Nous faisons rarement des paris, mais il semble inéluctable qu’Apple en fasse rapidement de même. Ce d’autant plus que l’américain dispose désormais d’un catalogue de capteurs sur étagère plus que conséquent – Sony a développé un 50 Mpix pour Huawei, de même que Samsung qui est le fournisseur pressenti de Google avec son capteur GN1.

À découvrir aussi en vidéo :

A découvrir aussi en vidéo :

Si Apple et Google ne lâcheront rien de leur démarche du « software first » comme le prouve l’arrivée de la fonction Magic Eraser dans les Pixel 6, les deux Américains sont obligés de plier face à une réalité : la photographie, ce n’est pas que des algorithmes et du jonglage avec des 0 et des 1. C’est aussi et surtout de l’optique et donc de la physique. Et plus un capteur est grand, mieux il « écrit » avec la lumière.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page