Auto-Moto

Un nouveau radar mobile en préparation

Alors que le traditionnel « hibou » va prendre sa retraite, un autre radar mobile plus performant s’apprête à prendre la relève.

Les radars, nous pourrions en parler à longueur de journée, tant il y a de choses à dire à leur sujet. Et pour cause, notre gouvernement dépense chaque année plusieurs milliers d’euros pour le déploiement et l’entretien de ces machines, censées améliorer la sécurité routière. En 2020, ce ne sont en effet pas moins de 330 milliards qui ont été investis dans ce domaine, que ce soit dans le cadre de la modernisation du parc de radars ou dans le « soutien au programme », incluant entre autres des expérimentations diverses et variées. Bref, ça fait beaucoup d’argent, mais ça rapporte aussi très gros. En 2020, ce sont en effet pas moins de 550 milliards d’euros qui auront été encaissés par l’Etat. C’est certes moins que certaines années précédentes, mais cela prouve que cette affaire demeure extrêmement rentable tout de même. Assez pour pouvoir investir, notamment dans le développement de nouveaux dispositifs encore plus performants.

Après la radars-tourelles et sa version miniature dédiée aux agglomérations, c’est un autre type de radar qui fera ses premiers pas sur le bord des routes dans les prochaines années. Au premier abord, celui-ci ressemblera au célèbre « hibou », surnom donné au Mesta 210C, qui s’apprête à prendre sa retraite après plus de 14 ans de bons et loyaux services. Et bien sûr, celui-ci ne laissera pas de vide très longtemps, comme l’affirment nos confrères de Radars-Auto.com. Il sera en effet remplacé par un modèle évidemment plus performant, mais surtout plus polyvalent, puisqu’il sera notamment capable de verbaliser depuis le haut des ponts, ce qui n’était pas possible auparavant, hormis avec les fameuses et tant redoutées jumelles. Mais celles-ci doivent alors être obligatoirement tenues par des policiers, ce qui est évidemment moins pratique, mobilisant ainsi plus de personnel. Ce nouveau radar pourra alors être simplement posé, flashant alors tranquillement les automobilistes en excès de vitesse.

Mise en service dans deux ans

A vrai dire, on en sait pour l’instant assez peu sur les spécifiés techniques de ce nouveau dispositif en verbalisation, mais selon nos premières informations, il sera notamment capable d’identifier quel véhicule est en faute dans le flot de l’autoroute. Il sera également en mesure de faire la différence encore un véhicule léger et un poids-lourds et pourra contrôler la vitesse, bien sûr, mais aussi le non-port de la ceinture de sécurité ou le franchissement d’une ligne continue. Bien entendu, il pourra aussi être installé dans le coffre d’une voiture et servir de radar embarqué, ou sur un trépied installé sur le bord de la route. Cependant, vous pourrez encore rouler tranquillement pendant quelques temps, puisque ce nouveau radar ne devrait pas arriver sur les routes avant 2023 au moins. Et pour cause, le marché public de déploiement n’a pas encore été annoncé, et il faudra encore pas mal de temps pour que ce nouveau dispositif soit développé et rendu opérationnel.

A lire également sur Auto-Moto.com :

Radars : pédagogie ou tir aux pigeons ?

Radar anti-bruit : les premières sanctions dès l’an prochain

Excès de vitesse : quelle est la marge d’erreur des radars ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page