Santé

des chercheurs sont sur la piste d’un modèle prédictif pour les patients diabétiques


En explorant les caractéristiques cliniques et biologiques de patients diabétiques hospitalisés, des chercheurs britanniques ont montré que le diabète de type 2 est associé à un risque de décès plus élevé que le diabète de type 1. Ils proposent un modèle prédictif d’évaluation de risque de mortalité spécifique aux patients diabétiques.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] 22 % de la population serait plus vulnérable aux complications de la Covid-19
  Environ 1,7 milliard de personnes, soit 22 % de la population mondiale, seraient atteintes de troubles de la santé susceptibles de causer des complications en cas d’infection par le virus Covid-19. C’est le résultat d’une étude mise en ligne par le CDC basée sur des relevés collectés tout au long du mois d’avril 2020 aux États-Unis.  

Au cours de la pandémie de la Covid-19, les cliniciens ont constaté que les personnes présentant des comorbidités avaient un risque accru de développer des formes graves de la maladie. Ceci a été constaté en particulier pour les patients atteints de diabète et d’obésité qui payent un lourd tribut dans la pandémie. 

Le diabète : un facteur majeur des formes sévères de la Covid-19

Le diabète représente à lui seul une vaste épidémie en Europe. Les modes de vie inadéquats (surpoids, alimentation déséquilibrée, sédentarité, situation socio-économique défavorable) participent à l’augmentation du nombre de cas. Il sévit particulièrement chez les personnes de plus de 70 ans.

Les complications du diabète de type 2 dues à des concentrations trop élevées de sucre dans le sang, affectent les artères, peuvent provoquer une insuffisance rénale et des maladies cardiovasculaires (infarctus et AVC (accident vasculaire cérébral). La présence d’une inflammation chronique est une caractéristique fréquente des patients atteints de diabète de type 2 se manifestant par une augmentation des cytokines sanguines.

Les formes graves de Covid-19 sont dues à une détresse respiratoire secondaire liée à une réaction inflammatoire disproportionnée. De plus, pour infecter son hôte, le SARS-CoV-2 s’attache à des récepteurs s’exprimant à la surface des cellules, l’ACE2, impliqués dans la régulation de certaines fonctions cardiovasculaire (pression artérielle), pulmonaire et rénale expliquant la fréquence de l’insuffisance rénale aiguë dans la Covid-19.

Récemment, des chercheurs du Michigan ont montré que la tempête de cytokines induite par la Covid-19, particulièrement présente chez les patients atteints de diabète de type 2 serait due à la diminution de l’expression d’une enzyme dans les macrophages déclenchant ainsi une inflammation déréglée.

Une étude rétrospective sur plus de 1.000 patients diabétiques atteints de la Covid-19

Des chercheurs du Royaume-Uni viennent de publier une étude (étude Accredit) portant sur une cohorte de 1.004 patients diabétiques hospitalisés pour Covid-19 entre le 1er janvier 2021 et le 30 juin 2021, dans la région de Liverpool. Ces patients avaient une moyenne d’âge de 74,1 ans. L’objectif était de déterminer les caractéristiques cliniques et biochimiques associées à la mortalité à sept jours.

Les patients atteints de diabète de type 2 avaient 2,5 fois plus de risque de décès dans les sept jours

Ils ont démontré que les patients atteints de diabète de type 2 avaient 2,5 fois plus de risque de décès dans les sept jours. De plus, dans la tranche d’âge des moins de 70 ans, les personnes diabétiques souffrant d’une maladie chronique rénale avaient 2,7 fois plus de risque de décès que les personnes du même âge sans maladie chronique. « Selon plusieurs études, les patients souffrant d’insuffisance rénale diabétique présentent un état pro-inflammatoire chronique et un dérèglement immunitaire », déclare le Dr. Llanera coauteur de l’étude.

Selon ces mêmes auteurs, les récepteurs ACE2 sont régulés à la hausse dans les reins des patients souffrant d’insuffisance rénale diabétique. Ces récepteurs qui sont « les portes d’entrée » du SARS-CoV-2 dans les cellules, sont impliqués dans la régulation de certaines fonctions cardiovasculaire, pulmonaire et rénale.

D’autre part, l’âge et une CRP (marqueur biologique de l’inflammation) élevée semblent être les variables indépendantes les plus significativement associées au décès à sept jours. Cette protéine est corrélée avec les niveaux de réponse hyper-inflammatoire, conduisant à une forme sévère de la Covid-19.

Ces marqueurs facilement identifiables à l’entrée de l’hospitalisation pourraient largement contribuer à l’élaboration d’un outil prédictif spécifique aux patients diabétiques permettant de mieux appréhender la mortalité accrue due à la Covid-19 dans ces populations.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page