Auto-Moto

Prise en mains Ford Puma Flexifuel : le choix sans l’embarras


Depuis peu, le crossover de la marque à l’ovale bleu double sa motorisation essence d’entrée de gamme d’une version flexfuel. Et entre les deux, le choix est vite vu.

Un minuscule badge. A priori, c’est bien le seul détail qui différencie le Puma Flexifuel de son plus classique homologue EcoBoost 125. Sous le capot, le même 3-cylindres 1.0 turbo de 125 ch s’ébroue en laissant échapper de rares vibrations avant de révéler un caractère volontaire à défaut de se montrer réellement volubile.

Moins démonstrative que dans notre souvenir, la mécanique pâtit sans doute autant des 10 Nm de couple qui se sont évanouis lors de sa conversion au superéthanol que des grandes jantes de 19” optionnelles de notre version ST-Line. A noter que dans la bataille, ce petit bloc à injection directe s’est aussi séparé de sa micro-hybridation 48 V et de son stop & start à la plage de fonctionnement étendu.

Exception faite de ces quelques nuances, le Puma reste quoi qu’il arrive de bonne compagnie, à la ville comme sur route. Se pose alors la question de l’éventuel intérêt de cette version Flexifuel, uniquement disponible avec une boîte mécanique, pas loin d’engloutir 8 l/100 km selon l’ordinateur de bord (contre un peu plus de 7 l/100 km habituellement) et si peu différente à conduire au bout du compte.

La réponse, sans la moindre équivoque, intervient dès le premier passage à la pompe. Y faire le plein de bioéthanol ne coûte guère plus de 30 € dans le pire des cas ! C’est simple, la somme est quasiment divisée par deux face à celle déboursée lors d’un ravitaillement avec la motorisation essence classique.

Par acquit de conscience, nous avons accompagné ce Puma de l’un de ses équivalents diesels. Une Peugeot 2008 BlueHDi 110 en l’occurrence. Or, bien que l’écart de consommation de nos deux crossovers s’élève à près de 2/100 km en faveur du Français, lui préférer son rival américain permet encore de réduire les coûts de carburant au kilomètre de 40 %. Seul le supplément d’autonomie plaide encore en faveur du diesel.

S’agissant de l’amortissement d’une telle version face à l’essence de même puissance, le calcul n’est pas sorcier. Ford affiche les deux motorisations exactement au même tarif. A partir de 23 300 €. La messe est dite, du moins après ce premier contact concluant.

D’autres Ford sur auto-moto.com :

Essai Ford Mustang Mach-E : notre avis au volant du SUV électrique – VIDEO

Ford Fiesta 5 ST occasion : notre avis, à partir de 12 000 euros


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page