Economie

Sous-marins: Naval Group proche d’une revanche en Grèce


Dix jours après l’humiliation des sous-marins australiens, la France va-t-elle s’offrir une revanche en Europe? Naval Group semble en tout cas en pole position sur une des plus grosses compétitions navales du moment, l’appel d’offres lancé par la Grèce pour quatre frégates de nouvelle génération. Selon plusieurs sources interrogées par Challenges, qui confirment les informations de la presse grecque, la Grèce serait très séduite par la dernière offre transmise par la France. Déposée la semaine dernière à Athènes par le PDG de Naval Group Pierre-Eric Pommellet, celle-ci consisterait en trois frégates de défense et d’intervention (FDI), plus une en option, et, grande nouveauté, trois à quatre corvettes Gowind de 2.500 tonnes. Interrogé par Challenges, Naval Group s’est refusé à tout commentaire. 

La compétition grecque n’a rien d’un lot de consolation. Le montant du contrat, s’il était signé, serait de l’ordre de 5 milliards d’euros, pas si loin des 8 milliards d’euros que Naval Group devrait encaisser du contrat de sous-marins australiens annulé mi-septembre par Canberra. Il serait également une belle revanche pour Naval Group après le coup de Trafalgar australien. A Athènes, le groupe français doit affronter la concurrence des Etats-Unis, qui lui ont soufflé le contrat de sous-marins mi-septembre. Ces derniers proposent la frégate HF2


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page