Acceuil

L’Islande aura finalement un parlement à majorité masculine, selon le dépouillement des élections

Trente femmes ont été élues au parlement de 63 sièges lors des élections de samedi, contre 24 lors du vote précédent. Les résultats antérieurs avant le dépouillement tard dimanche avaient montré que 33 femmes avaient été élues.

La Commission électorale nationale n’a pas publié les résultats sur son site Internet et n’a pas pu être immédiatement jointe pour commenter.

Seuls trois pays – le Rwanda, Cuba et le Nicaragua – ont plus de femmes que d’hommes au parlement, tandis que le Mexique et les Émirats arabes unis ont une répartition 50/50, selon les données de l’Union interparlementaire.

En Europe, la Suède et la Finlande ont respectivement 47 % et 46 % de représentation des femmes au parlement.

L’Islande, une île de l’Atlantique Nord de 371 000 habitants, a été classée pays le plus égalitaire au monde pour la 12e année consécutive dans un rapport du Forum économique mondial (WEF) publié en mars.

Les sondages d’opinion prévoyaient que la coalition au pouvoir n’obtiendrait pas la majorité, mais une augmentation du soutien au Parti progressiste de centre-droit, qui a remporté cinq sièges de plus qu’en 2017, a porté le total de la coalition à 37 sièges, selon RUV.

Les membres du gouvernement actuel, qui se compose du Mouvement de gauche-vert de la Première ministre Katrin Jakobsdottir, du Parti conservateur de l’indépendance et du Parti progressiste, ont déclaré avant les élections qu’ils négocieraient la poursuite de la coopération s’ils détenaient leur majorité.

Essais de semaines de travail plus courtes, un « succès écrasant » en Islande

Le président Gudni Johannesson a déclaré qu’il ne confierait à aucun parti le mandat de former un nouveau gouvernement, mais qu’il attendrait des pourparlers de coalition entre les trois partis.

Le Parti de l’indépendance est resté le plus important au parlement avec 16 sièges, inchangé par rapport aux dernières élections. Le chef du parti et ancien Premier ministre Bjarni Benediktsson a déclaré qu’il était optimiste que les trois partis pourraient former une coalition et qu’il n’exigerait pas qu’il dirige un nouveau gouvernement, a rapporté RUV.

Le Mouvement Gauche-Vert a obtenu huit sièges, contre 11 lors des élections de 2017, bien que deux parlementaires aient quitté le parti peu de temps après les dernières élections.

Cette histoire a été mise à jour.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page