Economie

Macron à Lyon lundi pour le centre de formation de l’OMS


Le président français Emmanuel Macron et le chef de l’Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus vont installer lundi 27 septembre à Lyon le centre mondial de formation de cette puissante agence de l’ONU, en première ligne face à la pandémie. Dotée de technologies pédagogiques de pointe comme l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle et d’un centre de simulation d’urgences sanitaires de niveau mondial, l’Académie de Lyon, ambitionne de former des millions d’agents de santé dans le monde.

Cette structure, lancée en 2019 et qui a commencé certains cours en ligne, a vocation à être “la structure de formation de référence en matière de santé publique”, avait déclaré Emmanuel Macron en mai devant l’OMS, précisant que la France allait y investir plus de 120 millions d’euros.

L’académie, en partie financée par les collectivités locales, se situe sur le pôle de recherche en biotechnologie de Gerland à Lyon, qui abrite le Centre international de recherche contre le cancer et des groupes pharmaceutiques comme Sanofi. “La construction de son campus de 11.000 mètres carrés dans le quartier de Gerland commencera à la fin de l’année 2021, l’ouverture étant prévue pour 2024”, est-il précisé dans une fiche d’information transmise samedi par l’OMS à l’AFP.

Rôle indispensable

La nouvelle structure sera partie intégrante de l’Organisation mondiale de la santé et sera placée sous la direction exécutive de l’ex-ministre française de la Santé Agnès Buzyn, qui a été nommée à ce poste par le chef de l’OMS 16 août dernier. A moins d’une décennie de l’échéance fixée pour la réalisation des objectifs de développement durable, peu de pays sont sur la bonne voie pour atteindre l’ensemble des cibles liées à la santé.

Et la pandémie de Covid-19 a montré le rôle indispensable joué par les systèmes et le personnel de santé, face à l’afflux de patients requérant des soins parfois très lourds. Pendant la grande épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest (fin 2013-2016), les travailleurs de la santé se sont aussi révélés être de véritables soldats de première ligne, payant un lourd tribut à la lutte contre ce virus meurtrier.

Parallèlement, malgré une augmentation considérable des effectifs du personnel de santé au niveau mondial, il manquera toujours 18 millions d’agents de santé d’ici à 2030, et les pays à faible revenu seront confrontés aux plus grandes difficultés en matière de perfectionnement de la main-d’oeuvre, selon l’OMS.

Accélérer la formation professionnelle

Pour cette agence de l’ONU, le principal problème est le suivant: tandis que la base de connaissances en sciences médicales double tous les deux ou trois mois, il faut toujours plus d’une décennie pour que les pratiques et les orientations normatives les plus récentes soient appliquées par l’ensemble du personnel de santé dans le monde. D’où la nécessité d’accroître et d’accélérer la formation professionnelle des agents de santé.

Lorsqu’elle sera pleinement opérationnelle, l’académie sera le centre de l’OMS pour les programmes de formation ciblant les professionnels en milieu de carrière, tant pour le personnel de l’organisation que pour les étudiants en provenance de l’extérieur. Elle sera également la principale structure consacrée à la formation et à la simulation dans les domaines de la préparation et de la riposte aux situations d’urgence sanitaire.

L’académie propose déjà des cours en ligne, avec notamment une application qui utilise la réalité augmentée pour aider les agents de santé à faire face à un défi majeur auquel nombre d’entre eux sont confrontés chaque jour pendant la pandémie: ne pas se faire contaminer par le virus lorsqu’ils s’occupent des patients.

(Avec AFP)


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page