Economie

Sous-marins: le renseignement français a-t-il fauté?


A l’instar de chaque attentat, la question n’a pas manqué d’émerger. Alors que la crise est vive entre la France, les États-Unis et l’Australie après l’annulation de la livraison de 12 sous-marins de Naval Group à Canberra, les services de renseignement français sont-ils restés aveugles à la volte-face australienne ? N’ont-ils vraiment rien vu venir du raid américain ? Interrogé sur ce point samedi 18 septembre sur France 2, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a tenu à évacuer le sujet. “En l’occurrence, le projet d’accord initié par les États-Unis et l’Australie a été décidé en tout petit comité et je ne suis pas sûr que tous les ministres australiens et américains le savaient”, a-t-il répondu alors que quelques voix ont évoqué ces deniers jours une éventuelle faille du renseignement tricolore.

Parmi elles on retrouve le sénateur Christian Cambon (LR). Ce dernier a d’ailleurs indiqué lundi que la commission des affaires étrangères du Sénat, qu’il préside, allait auditionner dans les prochains jours Jean-Yves Le Drian, la direction de Naval Group et le patron de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), Bernard Émié “Nous avons des questions à nous poser sur le fonctionnement de nos canaux d’informations (…). Pourquoi et comment se fait-il, que ni


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page