Technologie

On a testé le Vivo V21, le smartphone dont les fans de foot ont forcément entendu parler

Dernier arrivé sur le marché français du smartphone, le constructeur chinois Vivo espère vite rattraper le retard qu’il a pris sur ses concurrents. Pour y parvenir, Vivo mise notamment sur le football. Partenaire de l’Euro 2020 et de la prochaine Coupe du monde, il espère rapidement se faire connaître grâce à la publicité pour augmenter ses ventes.
Le Vivo V21 5G, un smartphone milieu de gamme commercialisé au tarif de 419 euros, était par exemple présenté avant chaque magazine de l’Euro sur TF1. De quoi augmenter rapidement la notoriété de l’entreprise ?

Si comme beaucoup de personnes, vous avez désormais le Vivo V21 dans votre viseur, ce test est pour vous. Nous avons utilisé le smartphone pendant plusieurs semaines afin de voir ce que Vivo était capable de faire à moins de 500 euros, après avoir déjà essayé son smartphone haut de gamme X51 à 799 euros. Alors que la rentrée est faite, mais que certains achats ne sont pas encore réalisés, faut-il envisager de remplacer son smartphone par un Vivo ?

A découvrir aussi en vidéo :

Ultra-fin, ultra-plat

Niveau design, Vivo réussit l’exploit de se diversifier dans un milieu où tout se ressemble. À vrai dire, il est difficile de faire plus simple que cet appareil. Les designers de l’entreprise misent sur un appareil parfaitement rectangulaire, quasiment pas courbé. Rares sont les smartphones aux dos et à l’écran complètement plats, même si la légère protubérance du module caméra de l’appareil vient quelque peu gâcher le résultat final.
Toujours est-il que le Vivo V21 a son charme et qu’il est plaisant de l’utiliser, d’autant plus que sa finesse (7,3 mm) et son poids (176 grammes) sont très appréciables. On apprécie aussi la couleur du modèle que nous avons testé.

Des mesures convaincantes

Comme tout smartphone qui passe entre les mains du laboratoire de 01net.com, le Vivo V21 a été scrupuleusement analysé par notre laboratoire.

À notre grande surprise, le mobile s’en sort particulièrement bien pour un appareil milieu de gamme, notamment au niveau de l’écran. La dalle OLED utilisée par Vivo, d’une diagonale de 6,44 pouces, dispose d’une luminosité moyenne de 669 cd/m2 lorsqu’on pousse le curseur au maximum et peut même atteindre les 877 cd/m2 sous une lampe, lorsque nous tentons de reproduire le comportement qu’aurait le smartphone en extérieur, en pleine journée ensoleillée.
Pour du milieu de gamme, c’est tout bonnement excellent. L’écran est tout le temps lisible. Dommage que la fidélité de ses couleurs soit moyenne par défaut (Delta E 2000 = 5,05). En jouant avec les réglages, on peut obtenir un meilleur résultat (Delta E 2000 = 2,53) grâce au mode dit « professionnel ». Ce n’est pas excellent, mais c’est largement assez pour tromper vos yeux. Précisons que l’appareil propose un taux de rafraîchissement de 90 Hz, ce qui est très plaisant.

Côté performances en revanche, on pourrait sans doute mieux faire. Si le smartphone s’en sort très bien lorsque l’on réalise des « benchmarks » (des tests à l’aide de logiciels dédiés), il lui est arrivé d’être un peu trop lent lorsque nous passions trop vite d’une application à une autre. La faute à son processeur MediaTek 800U 5G qui, s’il lui permet d’être compatible 5G, n’est pas forcément le meilleur du marché. Rien de grave cependant, l’appareil s’en sort bien. Cette puce a aussi l’avantage d’être peu énergivore et offre une autonomie satisfaisante au Vivo V21… avec quelques irrégularités.
Le smartphone a résisté 15 heures à notre test d’autonomie polyvalente, ce qui est plutôt convenable, mais seulement 10h47 en streaming vidéo et 27h49 en communication. À l’utilisation, il nous a semblé que le Vivo V21 se fatiguait un peu vite. N’espérez pas partir en week-end sans chargeur. Heureusement, il ne faut que 58 minutes pour recharger intégralement la batterie de 4 000 mAh du smartphone.

Des selfies éclairés, la bonne idée de Vivo

Le Vivo V21 se destine aux jeunes. Comme les autres mobiles de cette gamme, initialement conçue pour le marché chinois, cet appareil met le paquet sur les selfies dans le but de s’adresser à la génération Snapchat et TikTok, celle qui est le plus susceptible d’utiliser la caméra frontale pour filmer en plus de prendre des photos.

Dans une encoche en forme de goutte d’eau, on trouve un capteur frontal stabilisé de 44 Mpix. Capable de filmer en 4K, une caractéristique assez rare à un tel prix, cet appareil photo est entouré par deux LED capables de vous éclairer la nuit et de transformer votre smartphone en un mini studio de tournage. Le résultat est-il satisfaisant ?
Sans surprise, de vrais flashs font mieux qu’un faux flash (la plupart des smartphones éclairent brièvement l’écran en blanc avant une photo). Ce n’est naturellement pas parfait (il vaut mieux retourner l’appareil et utiliser la caméra dorsale) mais, très sincèrement, nous avons été bluffés par le résultat.
Nous sommes même surpris de ne pas voir plus de constructeurs faire pareil, d’autant plus que les LED sont parfaitement dissimulées et ne viennent pas gâcher le design de l’appareil comme sur d’autres modèles.
Pour tourner une vidéo lors d’une soirée ou simplement prendre un selfie entre amis, le Vivo V21 offre clairement quelque chose que les autres smartphones ne savent pas faire, même s’il ne faut pas s’attendre à une qualité cinéma.

Trop d’applis préinstallées… et des imperfections

En France, Vivo a fait le choix d’utiliser une version pure d’Android. Le système d’exploitation du V21 est donc facile à utiliser même si, comme d’autres avant lui, Vivo est tombé dans le piège des applis préinstallées.
En plus des applications de Google, on trouve Vivo Calculatrice, Vivo Albums (pour les photos), iManager (un gestionnaire), un raccourci vers Vivo.com, et une application Commentaires pour signaler un problème au constructeur. Le tout est un peu lourdingue, on aurait préféré que Vivo se contente des applis Google comme Oppo ou OnePlus, ses cousins éloignés.
Parmi les autres points que nous n’avons pas aimés, le vibreur du Vivo V21 est particulièrement brouillon. À des années-lumière de ce que proposent les smartphones des concurrents, il donne l’impression d’utiliser un smartphone d’entrée de gamme sorti il y a 10 ans. Le capteur d’empreintes du smartphone, situé sous l’écran, est aussi un peu plus lent que la moyenne. Notons aussi l’absence d’une prise jack, ce qui est rare à un tel prix.

L’appareil photo, le point (très) faible du Vivo V21

Enfin, parlons de l’appareil photo du Vivo V21. Au dos du smartphone, dans un module caméra pas très élégant (encore une fois, Vivo mise sur du rectangulaire à tout va), on trouve un triple module caméra avec un capteur principal de 64 Mpix, un appareil photo ultra grand-angle (8 Mpix), et un module macro de 2 Mpix.
Si cette partition n’est, en soi, pas mauvaise, on ne peut pas en dire autant du traitement algorithmique proposé par la marque. Les résultats donnent parfois l’impression de sortir de Paint tant rien ne va. Les yeux changent de couleur, le mode portrait détoure mal… On se demande comment Vivo s’est autant planté. Il arrive parfois que la photo donne l’impression d’être réussie au début… alors qu’elle est en réalité complètement ratée. De quoi gâcher des photos de vacances. Heureusement, la plupart du temps, le smartphone s’en sort convenablement. 

Tout ceci est d’autant plus problématique que l’application Appareil photo du smartphone est en elle-même problématique. Il s’agit de très loin de la pire expérience utilisateur que nous avons essayée ces dernières années.

Donnons un exemple, pour passer de l’appareil photo principal à l’ultra grand-angle, on a normalement l’habitude de cliquer sur le logo « 1x » en bas de l’écran, qui permet de changer le niveau du zoom. Ici, le « 1x » ne permet que de passer au « 2x » virtuel. Pour passer à l’ultra grand-angle, il faut cliquer sur « Objectif » et choisir entre « super grand angle », « flou » ou « super macro ». Cela n’a aucun sens et trompe l’utilisateur.
Pour revenir à l’appareil photo principal, même problème, il faut d’abord cliquer sur la petite croix pour fermer l’ultra grand-angle. Pour couronner le tout, l’application n’est pas très réactive.

Bref, le Vivo V21 est loin du Pixel 4a 5G, notre champion de la photo à moins de 500 euros.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page