Politiques

La chasse est-elle un “hobby de citadin, de cadre, de CSP+”, comme l’affirme l’écologiste Julien Bayou ?

Le secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts a plaidé pour une “réduction drastique de la chasse”. Selon l’écologiste la chasse n’est pas une “activité rurale” mais un “hobby de citadins”. C’est inexact.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 2 min.

“La chasse y’en a marre”, a déclaré le secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts, Julien Bayou, interrogé lundi 20 septembre sur franceinfo. Alors que le gouvernement veut ré-autoriser certaines chasses traditionnelles d’oiseaux pourtant jugées illégales par le Conseil d’État, l’écologiste en a profité pour affirmer que “ce qu’on nous présente comme une activité rurale c’est une fake news complète”. Selon lui, ” la chasse est aujourd’hui un hobby de citadins, de cadres CSP+ et la majorité des ruraux, les vrais, est opposée à la chasse parce que ce sont des nuisances sans fin”.

Julien Bayou semble avoir largement grossi le trait. La seule étude dont on dispose et datée de 2015 est disponible sur le site internet de la fédération nationale des chasseurs. Elle montre que si l’on prend dix chasseurs, quatre sont effectivement cadres ou de profession libérale, deux sont employés, deux sont ouvriers, un est artisan ou commerçant et un seul est agriculteur. Cela semble, de prime abord, confirmer ce que dit Julien Bayou. Sauf que cette étude nous dit aussi que près d’un chasseur sur deux est en fait un retraité. Par ailleurs, évoquer les catégories socioprofessionnelles des chasseurs ne dit pas tout d’eux. Cela ne dit pas d’où viennent ces chasseur ni combien ils gagnent précisément.

Julien Bayou a également appelé à “consulter le site Un jour un chasseur” pour constater que “tous les jours vous avez des incidents de chasse, des intimidations, des menaces et des drames”Selon l’office français de la biodiversité, 141 accidents de chasse se sont produits sur la saison 2019-2020. Onze d’entre eux se sont avérés mortels tandis que 90% des victimes de ces accidents étaient des chasseurs eux-mêmes. Ces accidents recensés ne comprennent toutefois pas tous les autres incidents qui peuvent être liés à la chasse. Julien Bayou évoqué un collectif qui recense “tous les jours des incidents”. Ce collectif “Un jour un chasseur” existe bel et bien mais son activité constiste surtout à recueillir des témoignages n’ayant pas fait l’objet de plainte. Contactée, l’un de ses membres explique qu’il s’agit de témoignages de balles perdues, de chats tués ou encore d’intrusion sur des propriétés privées, mais dont aucune statistique précise n’a été tirée. 




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page