Technologie

Les réseaux télécoms aussi souffrent du réchauffement climatique

Le dernier rapport du GIEC prévoit des inondations, des tempêtes et des sécheresses de plus en plus fréquentes à cause du réchauffement climatique. Nous en connaissons déjà un aperçu en France où les catastrophes naturelles se sont succédé cet été. Ce mardi, c’était au tour de Nîmes et de sa région d’être touchées par des pluies torrentielles. Parmi les infrastructures impactées, les réseaux télécoms fixe et mobile figurent en bonne place. Et dans des proportions qui ne cessent de s’amplifier.

Fabienne Dulac, la patronne d'Orange France.

Des aléas climatiques quotidiens

« On parle beaucoup du vandalisme et de la destruction des antennes mobiles, mais les phénomènes climatiques sont plus réguliers, plus massifs et plus coûteux », relève Fabienne Dulac, Directrice Générale Adjointe et CEO d’Orange France.

L’opérateur historique enregistre environ quatre à cinq dégradations volontaires d’antennes par mois sur toute la France, il y a aussi les accidents de pelleteuse sur les chantiers qui se comptent au nombre de trois à quatre par jour. Mais les phénomènes climatiques sont tout simplement permanents. « Ils accentuent encore les problèmes dus à la topographie. Nos infrastructures subissent le vent, les inondations, les éboulements de terrain quotidiennement, et quand il n’y a pas d’élagage, il y a encore plus de chutes d’arbres que d’habitude », énumère Fabienne Dulac. Les infrastructures souterraines vont être vulnérables aux inondations, les aériennes au vent. « J’ai le sentiment, quand je parle avec mes homologues espagnols et allemands, que la France est davantage touchée. Nous essayons de savoir pourquoi : est-ce dû au relief, à la répartition de la population sur le territoire, à l’urbanisme ? », s’interroge la patronne d’Orange sans avoir encore la réponse.

Des téléphones satellitaires dans les mairies

Quelles solutions adopter face à cette situation qui promet de s’aggraver dans les années à venir ? La tempête Alex, qui a frappé les Alpes maritimes il y a un an, a été un électrochoc. « Nous nous devons de maintenir nos activités en basse consommation pour nous laisser la capacité en permanence de monter en puissance s’il y a des intempéries. Il a fallu changer notre mode de fonctionnement ».

A découvrir aussi en vidéo :

Au moi de mai dernier, Orange a également présenté un plan d’action pour renforcer la qualité de service du réseau cuivre. Certaines initiatives immédiatement mises en oeuvre concernaient les aléas climatiques. Des téléphones satellitaires ont ainsi été fournis aux mairies sur une bonne partie du territoire, mais davantage dans les zones qui risquent de se retrouver en difficulté, à savoir les régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes. Cela permet de créer un point d’accès Wi-Fi auquel la population vient se connecter pour passer des appels. « Il nous faut des alternatives quand les réseaux tombent », souligne Fabienne Dulac. Et si possible des technologies qui peuvent se passer d’électricité, le réseau EDF étant lui-même touché la plupart du temps. Il y a aussi des forces d’intervention rapide qui viennent en binôme sur place en cas de crise.

Reste une difficulté de taille : l’anticipation de ces phénomènes. Orange est en lien avec la préfecture qui prévient en amont des risques d’intempérie. Lors de l’Ouragan Irma en 2017, l’opérateur historique avait eu le temps d’envoyer des antennes mobiles temporaires d’appoint par camion. Mais la qualification en vigilance orange ou rouge tombe parfois tardivement, quelques heures seulement avant la crise.

Des obstacles qui rendent encore plus intéressante la perspective de pouvoir un jour se connecter à des satellites depuis nos smartphones, comme semble le préparer Apple avec ses iPhone. « Nous nous adapterons à ce que la technologie nous permettra de faire », promet Fabienne Dulac.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page