Politiques

7 000 places de prison ont-elles été créées sous le quinquennat Macron comme l’affirme Gérald Darmanin ?

Un couloir de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), le 14 décembre 2017.
Un couloir de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), le 14 décembre 2017. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Combien de places de prison ont-elles vraiment été créées depuis qu’Emmanuel Macron est au pouvoir ? Interrogé sur RTL, mercredi 15 septembre, le ministre de l’Intérieur a affirmé que “le Garde des Sceaux a construit 7 000 places de prison supplémentaires”. Quelques jours plus tôt, le 9 septembre, sur CNews, le maire de Béziers, Robert Ménard, affirmait, pour sa part, que seules 1 657 places avaient été réellement construites. “Le président de la République avait proposé 15 000 places de prison”, a-t-il expliqué, concluant qu’Emmanuel Macron n’avait réalisé qu’“un dixième de ce qu’il avait promis”.

Le maire de Béziers est plus proche de la réalité. Contacté par franceinfo, le ministère de la Justice confirme que “près de 2 000 places nettes ont déjà été mises en service” dans le cadre du “programme 15 000”. Ce programme immobilier pénitentiaire, rappelle la Chancellerie, “prévoit la création nette de 15 000 places de prison supplémentaires sur une période de 10 ans”. Selon le ministère de la Justice, 7 000 premières places seront “livrées ou à un stade avancé de construction” d’ici 2022.

Robert Ménard a raison d’affirmer qu’Emmanuel Macron avait promis 15 000 places en 5 ans, et non 10. C’était effectivement une de ses promesses de campagne. Toutefois, une fois élu, Emmanuel Macron avait aussi très vite affirmé qu’il faudrait finalement deux quinquennats pour parvenir à cet objectif. 

“Les contraintes immobilières mécaniques ont conduit à ce qu’on m’explique que c’était impossible d’en faire 15 000 même durant un quinquennat, qu’on pouvait au maximum en faire 7 000. Dont acte.”

Emmanuel Macron

Le 6 mars 2018, à l’ENAP

Les 7 000 places évoquées par Gérald Darmanin correspondent à l’objectif que s’est fixé le gouvernement. Toutefois, toutes ne seront pas sorties de terre à cette échéance, comme le prouve une carte élaborée par le ministère de la Justice.

Carte issue du dossier de presse "programme 15000".
Carte issue du dossier de presse “programme 15000”. (Ministère de la Justice)

A Marseille par exemple, un projet prévoit 740 nouvelles places sauf que leur livraison n’est pas prévue avant 2025. Un rapport du ministère de la Justice datant de 2016 rapporte en effet qu’il faut dix ans entre l’annonce d’un programme de création de places de prison et leur livraison. “Aucun gouvernement n’a donc pu inaugurer un programme immobilier d’envergure qu’il avait lui-même arrêté et aucun ne pourra jamais le faire”, peut-on lire dans ce rapport de l’ancien Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.

Ce qui explique par ailleurs que la plupart des 2 000 places déjà livrées sous le quinquennat d’Emmanuel Macron ne soient pas réellement de son fait. A la Prison de la Santé par exemple, 707 nouvelles places ont bel et bien été livrées sous le quinquennat Macron, mais les travaux avaient en fait démarré en 2015, sous François Hollande.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page