Economie

Naval Group: le sidérant coup de poignard de l’Australie


C’est un coup de poignard sidérant, que personne en France n’a vu venir. Un coup de Trafalgar dont Naval Group va mettre des années à se remettre. L’Australie devrait annoncer ce mercredi soir l’annulation du “contrat du siècle” paraphé en 2016, qui prévoyait l’acquisition par Canberra de 12 sous-marins Attack de Naval Group à propulsion conventionnelle, pour un montant estimé à 50 milliards de dollars. Selon la presse australienne, l’Australie s’orienterait vers une coopération avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui lui permettrait d’acquérir des sous-marins nucléaires. L’information, qui a fuité dans la presse australienne mercredi 15 septembre, a été confirmée à Challenges de très bonne source. Interrogé, Naval Group ne fait pas de commentaire. Le cabinet de Florence Parly n’était pas joignable au moment où nous bouclions ces lignes.

Dans le camp français, l’incompréhension est totale. Ces derniers jours, plusieurs sources interrogées par Challenges faisaient encore part de leur optimisme sur une signature de la phase suivante du contrat, dite Core Work Scope 2 (CWS2). Un accord était espéré avant la fin du mois de septembre, l’échéance fixée par le Premier ministre australien Scott Morrison lors de sa visite à Emmanuel Macron le 15 juin dernier. Le 30 août, les ministres Jean-Yves le Drian (Affaires étrangères) et Florence Parly


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page