Economie

Qui veut gagner la planque d’« El Chapo » ?

L’une des maisons ayant appartenu au baron de la drogue « El Chapo », estimée à 155 000 euros et mise en jeu à la loterie par le gouvernement mexicain.

Sa baignoire dissimulait un tunnel. La maison avait permis au plus célèbre narcotrafiquant mexicain, Joaquin « El Chapo » Guzman, d’échapper à l’armée, avant d’être arrêté au Mexique, puis condamné à perpétuité, en 2019, aux Etats-Unis. La loterie mexicaine met en jeu, mercredi 15 septembre, cette étonnante planque. Les autres lots, d’une valeur totale de 10 millions d’euros, ont aussi été confisqués à des barons de la drogue dans le cadre d’un programme contre l’argent sale visant à financer des programmes sociaux.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le parrain de la drogue El Chapo jugé coupable, une victoire pour la justice américaine

Pour ce tirage au sort, organisé à l’occasion de la fête nationale, 2 millions de billets de loterie ont été mis en vente au prix unitaire de 250 pesos (10 euros). La planque de l’ancien chef du cartel de Sinaloa, située dans l’Etat éponyme (nord-ouest), est estimée à seulement 155 000 euros avec ses deux chambres et son minuscule jardin. Les autres lots sont bien plus spectaculaires. En tête, une demeure de 3 000 m2, qui appartenait à Amado Carrillo Fuentes, alias « el Señor de los Cielos », l’ancien chef du cartel de Juarez décédé en 1997 au cours d’une opération de chirurgie esthétique. Neuf chambres, piscine, Jacuzzi, salle de fête… Sa valeur dépasse les 3 millions d’euros.

Un client indique le billet de loterie qu’il souhaite acheter, pour tenter de gagner l’un des biens des barons de la drogue, mis en jeu par le gouvernement mexicain, à Mexico, le 13 septembre 2021.

Ingénieux mécanisme

Mais les médias et les internautes ont les yeux rivés sur la relique des exploits mafieux d’« El Chapo ». Les militaires avaient bataillé, en février 2014, pour défoncer les portes en acier de sa planque. Le temps pour lui d’actionner l’ingénieux mécanisme qui surélevait la baignoire, libérant un passage qui reliait sept maisons entre elles.

Mise à prix à trois reprises, la planque d’« El Chapo » n’a jamais trouvé d’acheteurs, sans doute inquiets des risques de représailles

Celui que l’on surnomme le « roi des tunnels » sera arrêté peu après. El Chapo s’échappera de prison, un an plus tard, grâce à un autre souterrain. Détenu de nouveau, en 2016, il sera finalement extradé aux Etats-Unis, où il purge sa peine.

Saisie par le parquet, la maison appartient à l’Indep, acronyme de l’Instituto para devolver al pueblo lo robado (« Institut pour rendre au peuple les biens volés » ). Un nom évocateur pour un programme d’expropriation créé, fin 2018, par le président de centre gauche Andres Manuel Lopez Obrador (« AMLO »), bien décidé à s’attaquer au pactole des « narcos ».

L’Indep possède ainsi des villas, des voitures, des bijoux, des yachts et des jets privés, évalués à plus de 20 millions d’euros. L’institut organise des ventes aux enchères, dont les gains sont consacrés à des bourses d’étude et des pensions dans un pays où près la moitié de la population est pauvre.

Il vous reste 22.1% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page