Economie

Gallimard enrichit toujours plus sa bibliothèque

Cet été, pour ses 74 ans, Antoine Gallimard s’est offert un pur bijou. Non point l’un de ceux qu’on expose dans une galerie, mais un bijou de papier: Les Editions de Minuit. Fondées pendant l’Occupation, elles ont publié Samuel Beckett, Marguerite Duras ou Michel Serres. “L’âge venant, il fallait que je pense à l’avenir de la maison, de ses collaborateurs et de ses auteurs, a expliqué sa PDG Irène Lindon, 72 ans, sans héritier direct. C’est donc naturellement que je me suis tournée vers Antoine Gallimard, dont le catalogue et les librairies sont un modèle de la profession.”

Appuis extérieurs

Pour Gallimard, qui a réalisé 585 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, la prise est prestigieuse. Même si Minuit reste minuscule au regard de sa propre surface: 3,4 millions d’euros de chiffre d’affaires pour un résultat net d’un peu plus de 400.000 euros l’an dernier. Antoine Gallimard a promis de maintenir l’indépendance éditoriale de sa nouvelle filiale: “Nous nous attacherons à faire vivre le catalogue de Minuit avec une continuité d’intention. Nous veillerons à ce que son lien privilégié avec la librairie soit entretenu.”

Ce rachat n’a rien d’anecdotique, il est même l’illustration parfaite de la patiente stratégie d’Antoine Gallimard: habile négociateur, il a su transformer l’entreprise familiale

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page