Economie

Faire ses premiers pas en Bourse c’est facile

Pour investir en Bourse, il convient de disposer, à côté, d’une épargne placée en sécurité, sur laquelle vous pourrez compter en cas de besoin urgent d’argent.

Environ 400 000 nouveaux investisseurs sont arrivés en Bourse en 2020. Puis 70 000 autres au premier trimestre 2021. Les chiffres communiqués par l’Autorité des marchés financiers (AMF) sont clairs : il y a eu un renversement de tendance, la détention d’actions en direct attire ces derniers temps des épargnants qui, jusqu’ici, ne s’adonnaient pas (ou plus) à cette pratique.

Ce regain d’attrait pour les marchés se retrouve aussi dans l’assurance-vie, où la part de supports à risque ne cesse d’augmenter, et dans l’épargne salariale, où les fonds investis en actions gagnent du terrain.

Pour l’épargne des Français, c’est plutôt une bonne nouvelle. Car malgré les crises régulières, la Bourse continue à s’affirmer comme le meilleur des placements à long terme. D’autant que les placements sans risque ont vu leurs performances s’éroder régulièrement ces dernières années, avec des taux de rendement qui ne permettent souvent même plus de compenser l’inflation. Les fonds en euros d’assurance-vie, par exemple, ont rapporté en 2020 en moyenne 1,30 %, selon la Fédération française de l’assurance, et devraient continuer à s’éroder. La sécurité commence donc à coûter cher et fait baisser le pouvoir d’achat des épargnants.

La Bourse, elle, a un profil plus attractif : depuis le début de l’année, le CAC 40, l’indice phare de la Bourse de Paris, a progressé d’environ 21 %. Et de quelque 35 % sur un an. Un bond en avant des cours des actions auquel il convient d’ajouter le montant des dividendes, c’est-à-dire la part des bénéfices reversés aux actionnaires.

Pas une promenade de santé

La crise sanitaire a cependant permis de rappeler que la démarche n’est pas sans risque, puisque ce même indice avait abandonné 40 % de sa valeur en mars 2020, avant de fermement se ressaisir et de récupérer, en quelques mois, tout le terrain abandonné. Les épargnants les plus anciens en ont vu d’autres : en 2001 avec l’explosion de la bulle Internet, en 2008 avec la faillite de Lehman Brothers, et même en 2011 avec la crise de l’euro.

Bref, la Bourse n’est pas une promenade de santé. Mieux vaut avoir le cœur bien accroché pour y investir et disposer, à côté, d’une épargne placée en sécurité, sur laquelle vous pourrez compter en cas de besoin urgent d’argent.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le retour des Français en Bourse reste à confirmer

Des fondamentaux que ne maîtrisent pas toujours les investisseurs en herbe, qui ont d’ailleurs saisi en masse la médiatrice de l’AMF en 2020, après avoir subi quelques déconvenues. En un an, Marielle Cohen-Branche a reçu 1 479 dossiers et rendu 505 avis. « De nombreux dossiers avaient trait aux problèmes d’exécution d’ordres de Bourse d’investisseurs novices, parfois par méconnaissance des règles de base de l’investissement en actions, parfois par manque d’information suffisamment claire. Les litiges portant sur une mauvaise exécution, une mauvaise information ou un mauvais conseil ont représenté 90 % des dossiers traités », expliquait-elle au début de l’été, lors de la présentation de son rapport annuel.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page