Auto-Moto

Tous les futurs modèles d’audi jusqu’en 2025

Audi n’en a pas fini de croître, et nous le prouvera dans les prochaines années, avec une déferlante de nouveautés attendues. Demandez le programme.

Nouvelles Audi : tous les futurs modèles jusqu’en 2025 – Concentrée sur l’électrification de sa gamme, sans sacrifier à la profitabilité, les 4 Anneaux renonceront à la catégorie des citadines, dans les prochaines années. Ainsi, la sympathique A1 ne sera pas remplacée, pour mieux choyer l’offre ultra-premium.

Audi d’ici à cette fin d’année

D’ici à cette fin d’année 2021, le constructeur d’Ingolstadt se concentrera sur la mise à jour de chaque extrémité de sa gamme. Le restylage de l’actuelle A1 constituera son chant du cygne, avant retrait définitif du catalogue, à l’horizon 2023, quand la limousine A8 profitera également d’une cure de jouvence touchant essentiellement à son faciès. Elle multipliera les motorisations hybrides légères 48 V pour se faire plus vertueuse, tout en faisant chapeauter sa gamme d’un bloc W12 de 6.0 l susceptible de revêtir l’appellation Horch qui, avant-guerre, appartenait à la famille Auto-Union. Une A8 très exclusive qui entend faire de l’ombre aux modèles Maybach de Mercedes.

Audi en 2022

2022 connaîtra également son lot de facelifts, prévus sur A6, A7 Sportback et Q8. Mais il sera surtout question de compléter la gamme e-tron avec un Q6 qui inaugurera la plate-forme électrique premium du groupe Volkswagen, dénommée PPE. Long d’environ 4,75 m, il assumera son rôle de SUV familial en promettant jusqu’à 600 km d’autonomie et des temps de recharge éclairs grâce à la technologie 800 V de sa batterie. Cette même année, la berline e-tron GT devrait décliner sa silhouette en break, à la manière de sa cousine Taycan Cross Turismo.

Audi en 2023

En 2023, à l’exception du restylage du SUV Q3, l’actualité sera particulièrement animée par des véhicules électrifiés. Et notamment l’A4 qui entend rattraper son retard en multipliant les énergies. Selon nos confrères britanniques du magazine Autocar, cette génération de transition se basera sur une évolution de la plate-forme MLB. Reconduisant une nouvelle fois les silhouettes berline et break, elle s’attachera les services de blocs essence et diesel retravaillés, et légèrement hybridés, tout en y ajoutant des groupes hybrides rechargeables. Même les déclinaisons les plus sportives céderont aux sirènes de l’électrification. En s’adjugeant les services d’un électromoteur, le V6 bi-turbo de 450 ch de l’actuelle RS4 devrait allègrement dépasser la barre des 500 ch pour se hisser au niveau des récentes BMW M3 et M4. En sus, il se murmure qu’une A4 e-tron 100% électrique serait aussi sur les rangs. Malgré son design similaire à celui de l’A4 thermique, elle reposerait sur le soubassement PPE.

Si Audi se lançait sur le marché des utilitaires, cela donnerait quoi ? >> En savoir +

Ce dernier profitera au même moment à la nouvelle Audi A6 e-tron, révélée au printemps dernier sous la forme d’un showcar proche du modèle de série. Complétant de la même manière la gamme A6 thermique, elle s’allongera de quelques centimètres pour frôler les 5 mètres de long, sera capable de rallier jusqu’à 700 km, quand sa gamme de moteurs « classiques » développera jusqu’à 476 ch et 800 Nm de couple. 2023 verra aussi le renouvellement du SUV urbain Q2, qui pourrait définitivement passer sous giron e-tron. Une conversion à l’électrique qui devrait se faire via le nouveau soubassement dénommé SSP (Plateforme Systèmes Evolutive), amené à se généraliser sur l’ensemble des futurs modèles électriques du groupe Volkswagen. Encore plus flexible que les bases MEB (entrée et milieu de gamme) et PPE (premium), elle inaugurera une nouvelle technologie de cellules pour ses batteries, dont le coût se situera largement en dessous des 100 €/kWh. 80% des modèles de la gamme y recourront en 2030. S’agissant du futur SUV Audi Q2 e-tron, la barre des 400 km d’autonomie WLTP sera largement dépassée en entrée de gamme.

Audi en 2024-2025

Enfin, les années 2024 et 2025 se focaliseront sur le haut de gamme avec, d’un côté, une gamme A6 e-tron qui s’étoffera par l’arrivée d’une déclinaison RS 6. Pour la première fois de son histoire, l’emblématique break, qui carbure actuellement au V8, se convertira à l’électricité. Fort de l’expérience acquise par le Porsche Taycan, il n’aura aucun mal à avoisiner les 700 ch. Une offre premium qui se renforcera par l’introduction d’une limousine 100% électrique, inspirée du concept-car Grandsphere, récemment révélé au salon de Munich. Cette future A8 ou A9 e-tron devrait être déclinée en roadster, sur les traces de l’étude Skysphere, vu à Peeble Beach en août dernier. Enfin, on attend également une citadine ultra-premium concrétisant le showcar Urbansphere qui sera révélé en février prochain, au salon de Genève.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page