Technologie

Les améliorations photo que peut être Apple va annoncer

Lors de l’arrivée d’un nouvel iPhone, il y a les rumeurs, souvent précises de certains analystes comme Ming-Chi Kuo. Mais en matière de photo, il y aussi et surtout des envies, rêves ou fantasmes d’ajouts technologiques. Les mots de « rêve » ou « fantasme » ne sont pas des exagérations, car nous savons qu’Apple est un modéré.

iPhone 12 : stabilisation mécanique, grand capteur, téléobjectif et Lidar, toutes leurs nouveautés photo

Alors que certaines marques font souvent des all-in, Apple, toujours soucieux de ses marges et mesuré dans ses avances, tend à y aller pas à pas, améliorant un coup le module principal, un autre coup le téléobjectif. Il paraît que le téléobjectif aurait un capteur un peu plus grand et une optique plus lumineuse. Ce serait une amélioration bienvenue. Mais nous, ce que nous voulons, c’est un déluge de nouveautés qui fasse enfin de l’ombre à la compétition Android. Petit florilège de nos espérances.

Des capteurs plus grands

Si le capteur du module principal de l’iPhone 12 Pro Max est plus grand que ceux des autres iPhone 12, il n’en reste pas moins un capteur bien plus petit que ce que proposent Huawei, Xiaomi ou Samsung. Qui sont souvent devant Apple en termes de qualité d’image.

Une remarque qui tient aussi pour les autres modules caméra. Huawei a d’ailleurs montré la voie en enterrant littéralement la compétition, notamment avec son super module ultra-angle. Un domaine dans lequel le chinois utilise en effet des capteurs jusqu’à six fois plus grands que les autres marques, produisant ainsi des clichés bien plus précis et incroyablement moins bruités.

Les 12 Mpix de l’iPhone ne sont pas un frein, puisqu’il s’agit de la définition cible de tous les capteurs mieux définis. C’est plutôt la capacité à capturer plus de photons ainsi que la granularité qui manque à l’iPhone, les capteurs de 50 jusqu’à 108 Mpix délivrant des images bien plus nettes et aux contours plus subtils et précis.

Un meilleur traitement du bruit numérique

Sur un écran, les clichés des iPhones sont toujours très jolis, les couleurs agréables, les sujets, bien dessinés. Sur un écran d’ordinateur, le résultat est toujours moins glorieux. Limité par ses optiques et capteurs, le niveau de détail de ses modules est inférieur à de nombreux compétiteurs. Forçant ses équipes de traitement d’image à lisser les détails.

Un lissage qui donne, une fois analysé à 100%, des images avec des détails lissés façon aquarelle et sans aucun modelé, sans impression de profondeur.

Si une partie de l’équation tient dans les dimensions du capteur (notre premier souhait d’amélioration), le traitement logiciel a aussi un sacré impact sur le rendu d’image. Les couleurs sont bonnes, mais on veut plus de vie dans les images !

Des optiques avec plus de caractère

Si Apple maîtrise très bien les distorsions et le vignettage de ses modules caméra, c’est que ces corrections sont de nos jours essentiellement logicielles. Côté optique, il faut se rendre à l’évidence : le caractère « plat » des clichés des iPhone tient aussi dans les optiques. Elles sont propres, les défauts sont maîtrisés, mais ça manque vraiment de piqué, de punch et de caractère.

On l’a vu avec le Xiaomi Mi 11 Pro, de gros et beaux bouts de verre arrivent à produire des clichés où les feuilles se détachent parfaitement de l’arrière-plan, les branches sont ciselées et les profondeurs se révèlent. Apple gagnerait à être un peu moins clinique et un peu (mais pas trop) artistique.

Plus de puissance de zoom

Apple un zoom qui a plafonné à un équivalent 52 mm, Apple a répliqué avec un – accrochez-vous bien – 65 mm l’an dernier. Pas de quoi éclipser ou faire peur à Huawei, Oppo, ou Samsung, qui ont tous proposé des équivalent 240 mm. Si un 240 mm n’est pas nécessairement souhaitable – en tout cas ce ne doit pas être le seul téléobjectif – un coup de pouce côté puissance de zoom serait le bienvenu.

Plus de modules caméra

Si les zooms téléobjectifs commencent à arriver doucement, la réalité à l’heure actuelle est que pour obtenir une puissance de zoom continue avec une bonne qualité d’image, il faut plus de modules caméra. Avec trois modules au maximum, Apple n’a pas la souplesse de certains terminaux. Et a donc fait le choix d’un petit téléobjectif, insuffisant dans des usages voyage, nature, etc.

Amélioration des capacités macro

Quand on compare les capacités macro d’un P30 Pro et d’un iPhone 12 Pro Max lancé un an et demi après, on ne peut être que dubitatif. Comment le fleuron d’Apple peut-il être aussi limité ? Appareil photo principal de millions de personnes, l’iPhone n’a jamais bénéficié d’une construction optique offrant des capacités de proxiphotographie remarquables. Cela pourrait être résolu par des formules optiques adaptées.

Grand capteur selfie

Alors que les constructeurs asiatiques soignent de plus en plus la partition côté module caméra frontal en intégrant plusieurs modules ou des capteurs très définis et/ou grand format, Apple est très conservateur. L’équivalent 23 mm f/2.2 est convenable, mais sa définition de 12 Mpix n’est pas la plus épatante qui soit et son petit capteur au format 1/3.6’’ est vraiment petit et donc peu performant en basses lumières.

4K suréchantillonnée et focale d’origine respectée

Dans le monde des appareils photo, la définition de 24 Mpix permet à des boîtiers de produire des séquences vidéo 4K de très grande qualité grâce à un suréchantillonnage. Un boîtier comme l’A6500 de Sony capture en effet une séquence en définition native de 6K et profite du supplément de pixels pour produire, en sortie finale, des séquences plus riches en détails qu’une 4K « native ». Logique, puisqu’il y a presque x3 plus de pixels (la 4K représente des images de 8Mpix, la 6K 21 Mpix en 16/9e).

En tant que leader de la vidéo sur smartphone, notamment au travers d’un écosystème d’applications bien plus riche, stable et opérationnel que chez Android, Apple gagnerait à enfoncer le clou en proposant un suréchantillonnage 6K vers 4K. Qui serait plus utile que la 8K boiteuse et difficilement exploitable de certains terminaux.

Autre point sur lequel on aimerait qu’Apple fasse un effort : la conservation de la focale d’origine en vidéo. Si on peut admettre un petit recadrage pour profiter d’une stabilisation électronique efficace, on préfèrerait une bonne stabilisation mécanique et une capture intégrale de la couverture angulaire des optiques. Ce recadrage causé par la stab et la capture de centre de capteur nuit vraiment aux shoots en ultra grand-angle. Et c’est bien dommage.

Un Lightroom made by Apple

L’an dernier, Apple a présenté son format ProRAW avec les iPhone 12. Non seulement il intègre les données (presque) brutes du capteur, mais aussi les améliorations issues de ses algorithmes Deep Fusion, Smart HDR, etc. De quoi donc profiter à la fois de la science de l’image d’Apple, mais aussi des informations du RAW, particulièrement utiles pour relever les ombres et récupérer des informations dans les basses lumières.

À découvrir aussi en vidéo :

A découvrir aussi en vidéo :

Si l’application Photo permet d’effectuer un développement plutôt efficace, on est très loin d’un Lightroom. Or, c’est justement ce que l’on aimerait : un logiciel Apple spécialisé dans le ProRAW qui soit plus complet que l’actuel. Avec plus de modèles (templates) de développement, des gestions d’outils à la Google Snapseed. Et une interface façon Lightroom.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page