Sports

Camavinga, le dérapage raciste d’une journaliste

Lors de la présentation d’Eduardo Camavinga en tant que nouveau joueur du Real Madrid, une journaliste espagnole, qui croyait que son micro était coupé, s’est permis à une remarque absolument hors de propos.

A défaut d’arracher Kylian Mbappé au PSG, le Real Madrid s’est offert les services d’un grand espoir tricolore, Eduardo Camavinga, recruté contre 31 millions d’euros (avant bonus) en provenance du Stade Rennais. Le milieu de terrain de 18 ans, accompagné de toute sa famille, a été accueilli mercredi par le président Florentino Pérez dans la capitale espagnole et a répondu, tout sourire, aux questions de journalistes.

Alors que « Cama », en chemise blanche et veste de costume noire, exprimait son bonheur de rejoindre la Casa blanca, en pleine salle des trophées, une journaliste présente sur le plateau de la RTVE, la télévision nationale, a alors complément craqué. « Ce mec est plus noir que son costume », a lancé Lorena Gonzalez, pensant que son micro était coupé (alors qu’il ne l’était pas).

Lorena Gonzalez se défend (comme elle peut)

Face au tollé médiatique de cette remarquable totalement improbable et scandaleuse, la RTVE a tenu à s’excuser auprès de Camavinga en condamnant des « propos irrespectueux » et « inappropriés à la télévision publique ». En précisant, quand même, que Lorena Gonzalez est une « collaboratrice extérieure » (intervenante de l’émission Estudio Estadio) et non une « membre de l’équipe » de la chaîne…

La jeune journaliste, qui collabore également avec Marca ou DAZN, s’est excusée « sincèrement » vendredi sur son Instagram. Lorena Gonzalez affirme toutefois que son « commentaire malheureux » n’avait rien de « raciste ou péjoratif » et que les « insultes, menaces et lynchages » dont elle a été victime « manquent de fondement et de bon sens », car elle aurait pu faire « une comparaison avec n’importe qui de n’importe quelle couleur ». Elle annonce ne pas participer à la prochaine émission sur la RTVE et se retire des réseaux sociaux.

Lire aussi : Camavinga: C’est un rêve




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page