People

Amel Bent Son ex-compagnon un meurtrier

Avant d’être la femme de Patrick Antonelli, Amel Bent était amoureuse de Moussa Kouissi. Sous les feux des projecteurs depuis sa révélation dans l’émission Nouvelle Star (en 2004), la vie de la chanteuse bascule lorsqu’elle apprend que son petit ami vient d’abattre un homme avec une arme à feu en pleine rue. C’était le 16 avril 2006. Ancien employé de la ville de Pantin, Moussa s’est bagarré dans le quartier des Quatre Chemins avec Moustapha Bouhani, âgé de 29 ans et père de deux enfants.

En conflit à cause d’une dette de 1000 euros pour la vente d’un scooter que Moustapha n’aurait pas réglée, les deux hommes se battent et Moussa commet l’irréparable en sortant une arme à feu puis en tirant deux balles dans l’abdomen et le thorax de sa victime. L’homme succombe rapidement à ses blessures. En concert au Maroc au moment des faits, Amel Bent avait confié les dessous de cette tragédie dans l’émission La Parenthèse inattendue, sur France 2 en 2014 : “Mon copain, mon amoureux, j’apprends qu’il vient de tuer quelqu’un. J’arrive à Paris, il y a deux familles qui souffrent, celle de la victime et celle de mon fiancé. Il va passer la moitié de sa vie en prison.

Je me sens hyper coupable

Innocente, la jeune femme âgée de 21 ans à l’époque confiait s’être malgré tout sentie “coupable” de sa notoriété. “À cause de moi, c’est comme ça que je le vis, je me sens hyper coupable parce que je me dis que si j’étais pas sa petite amie, ils auraient pu vivre leur tragédie dans l’ombre. Je deviens alors un projecteur sur la misère des gens. C’est horrible.”

Harcelée par les journalistes qui tentaient d’en savoir plus sur ce meurtre, Amel Bent avait dû rester enfermée de longs mois avant de retrouver un semblant de vie normale. “Je suis traquée par les paparazzi. Je ne peux même plus rester chez moi. Tout le monde ne parle que de ça. Des centaines de journalistes sont en bas de la maison. Ils viennent harceler mes voisins. (…) Je suis restée enfermée chez moi, des mois et des mois. C’était un vrai cauchemar. C’est là que j’ai écrit mon deuxième album. Mais je n’avais pas le droit de me plaindre, donc par décence, je me suis faite toute petite“, confiait-elle.

Condamné à quinze ans de prison ferme en 2009, Moussa avait déclaré regretter profondément son geste lors de son procès. “Je demande pardon à la famille de la victime, pour la souffrance que j’ai pu causer autour de moi. Pardon, je suis vraiment désolé“, avait-il indiqué face aux jurés et aux proches de la victime.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page