Economie

Du Maghreb au Golfe Arabo-Persique, le pré carré des opérateurs français de transport

A Dubaï, le 30 juin 2021.

Le passage de relais a eu lieu à 3 heures du matin, mercredi 8 septembre. « A 2 h 56, nous peaufinions encore les derniers détails », raconte Bernard Tabary, directeur exécutif international de Keolis, le nouvel – et heureux – opérateur du transport public de Dubaï. Car cette bascule est bien celle de la reprise en main du métro et du tram de l’émirat par le groupe tricolore.

Le contrat, attribué en janvier 2021, est d’importance pour Keolis. Cette filiale de la SNCF, spécialiste du transport urbain (6 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans 16 pays), récupère l’exploitation et la maintenance des deux lignes de métro de Dubaï, le plus long réseau métro automatique du monde, ainsi que du tramway de l’émirat. Un marché à 2 milliards d’euros sur quinze ans maximum, ayant nécessité le transfert de près de 2 000 salariés, et scellé dans le cadre d’une coentreprise avec Mitsubishi, mais dont Keolis a la direction.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Transdev et Keolis, les « Frenchies » du rail, engrangent de gros contrats en Europe

Cette reprise va constituer une vitrine majeure pour l’opérateur et ce, dans moins d’un mois. Le métro desservira en effet l’Exposition universelle de Dubaï, qui sera inaugurée vendredi 1er octobre, à la faveur d’une extension de la ligne rouge vers la spectaculaire station Expo 2020.

« Un client exigeant »

L’autorité organisatrice des transports de l’émirat, la RTA (Roads & Transport Authority), a supervisé attentivement la période de transfert de l’ancien opérateur, Serco Middle East, vers Keolis-MHI. Sept mois à s’assurer que tout se passe bien, jusqu’au moindre bouton de guêtre des nouveaux uniformes. Pas question que la climatisation des 130 trains et des 70 stations tombe en panne, alors qu’il fait fréquemment plus de 40 °C en automne. « RTA est un client exigeant, résume sobrement M. Tabary. Le mot d’ordre c’est : le 1er octobre, le 1er octobre, le 1er octobre. »

Manifestement, les autorités de la région ont une grande confiance dans l’expertise des groupes français du transport public. Pour ce qui est des contrats de bus, métro et tram, Keolis et la RATP (à travers sa filiale RATP Dev) se taillent même la part du lion dans la vaste aire arabophone qui s’étend du Maroc au golfe Arabo-Persique. Une zone comptant près de 300 millions d’habitants, avec ses poches d’instabilité, mais aussi de prospérité.

Si le troisième acteur des transports publics tricolores, Transdev, n’est que très modestement présent dans les pays arabes avec le tram de Rabat au Maroc, la championne de la zone est bien la RATP

Il vous reste 45.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page