Sports

En 3-5-2, oui, mais avec qui ?

Le système à trois axiaux, qui avait été un échec contre la Suisse à l’Euro, a très bien fonctionné contre la Finlande mardi soir. D’où l’importance de choisir les bons hommes aux bons postes.

Tout va très vite en football. Le système à trois défenseurs axiaux, improvisé par Didier Deschamps contre la Suisse à l’Euro, avait engendré une prestation désastreuse. Le sélectionneur y est revenu mardi soir contre la Finlande, et c’est avec le même schéma que les Bleus ont brillamment relevé la tête, et sont sortis d’une spirale négative. Et certaines performances individuelles ont rappelé l’importance de choisir les bons éléments pour animer ce système (que l’on appellera ainsi, même s’il s’agit plus précisément d’un 3-4-1-2).

Défenseurs

Un seul homme a changé par rapport à la Suisse, avec l’intégration de Kurt Zouma à la place de Clément Lenglet. Dans ce schéma, les deux défenseurs sur le côté ont un rôle important dans la relance, et peuvent parfois se projeter, comme on le voit avec l’OM de Jorge Sampaoli. Ce n’est pas le style de Deschamps, et Zouma a été très prudent mardi soir. Un Jules Koundé serait très à l’aise dans ce système à trois axiaux, en tout cas bien plus que dans ce rôle de latéral droit qui n’est pas le sien. Benjamin Pavard peut également être recentré, même si les Bleus ont moins d’option à droite. A gauche, le 3-5-2 pourrait permettre d’aligner Lucas Hernandez en compagnie de son frère Theo, ce qui est une perspective séduisante.

Pistons/Latéraux

Ce système est taillé sur mesure pour Théo Hernandez, qui s’est régalé de l’espace à sa disposition, et s’est montré très convaincant pour sa première sélection. Lucas Hernandez pourrait s’en accommoder également, tout comme Lucas Digne et Ferland Mendy. L’expérience Adrien Rabiot, contrainte et forcée contre la Suisse, ne sera pas renouvelée. A droite, Léo Dubois s’en est bien sorti contre la Finlande mais on voit mal le Lyonnais endosser un rôle de titulaire régulier. Benjamin Pavard serait sans doute le choix naturel de Deschamps, alors qu’un profil plus offensif peut également être utilisé. Avec la Belgique, Thorgan Hazard occupe régulièrement ce rôle de piston. Chez les Bleus, on peut penser à Kingsley Coman.

Milieux

Paul Pogba et N’Golo Kanté n’ont aucun problème a évoluer dans un milieu à deux, la Coupe du monde l’a montré. Adrien Rabiot a bien rempli ce rôle contre la Finlande, en couvrant notamment les montées de Hernandez à gauche. Aucun problème également pour Aurélien Tchouaméni, la belle surprise de ce rassemblement, voire pour Jordan Veretout, ou pour l’absent Corentin Tolisso. Dans ce secteur, les Bleus sont pourvus.

Trio offensif

Ce système ne peut pas exister sans le volume et le sens du jeu d’Antoine Griezmann. Le Mâconnais n’a pas vraiment de doublure chez les Bleus, c’est pour ça qu’il enchaîne les matchs comme aucun autre joueur de l’équipe de France avant lui. Avec du monde autour de lui, Karim Benzema se régale, et reste incontournable. Pour les accompagner, Anthony Martial a plutôt bien joué son rôle, en priorisant le collectif, même s’il est celui qui a le moins brillé dans le trio mardi soir. Kylian Mbappé peut-il se mettre au diapason ? C’est la question qui reste en suspens, et qui devra vite trouver une réponse. Car il n’est pas question pour Deschamps de mettre Mbappé sur le banc, on l’a compris.

 

 




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page