Santé

trois origines découvertes chez les non-fumeurs


Des médecins de l’Institut national du cancer à Bethesda dévoilent un peu des origines du cancer du poumon chez les personnes n’ayant jamais fumé.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Interview : détecter le cancer du poumon grâce à une prise de sang
  Chaque année, le cancer du poumon touche entre 30.000 et 40.000 personnes en France. C’est aussi le cancer qui fait le plus de morts, en partie à cause des dépistages trop tardifs. Récemment, une équipe de chercheurs français a mis en place un système de diagnostic précoce du cancer du poumon. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et auteur de cette étude, pour qu’il nous donne plus de détails sur sa découverte. 

En France, le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier, bien qu’il ne soit pas le plus fréquent. La consommation de tabac décuple le risque de le déclarer, en moyenne vers 66 ans. Des non-fumeurs peuvent aussi en être atteints. Une exposition à l’amiante, à la pollution atmosphérique ou encore au radon peut déclencher un cancer du poumon. Le lien entre l’exposition à un facteur environnemental et l’apparition d’un cancer du poumon chez un non-fumeur de toujours n’est pas toujours établi. Il peut apparaître sans raison apparente. 

Une équipe américano-canadienne a réalisé une analyse génomique des tissus pulmonaires cancéreux prélevés chez des personnes n’ayant jamais consommé de tabac. Les médecins ont ainsi pu identifier trois sous-types de cancer du poumon propres aux non-fumeurs et leurs origines. Ils publient leurs résultats dans Nature Genetics.

« Piano », « mezzo forte » et « forte »

Au total, ce sont 232 échantillons de tissus cancéreux qui ont été analysés. Les médecins ont réalisé un séquençage du génome entier (whole genome sequencing) des cellules cancéreuses et ont comparé les signatures mutationnelles entre les tissus malades et les tissus sains. Trois sous-types de cancer du poumon ont alors émergé, classés selon leur « bruit », c’est-à-dire le nombre de changements dans le génome.

Tout d’abord, les signatures mutationnelles identifiées ne correspondent pas à celles provoquées par le tabac ou le tabagisme passif. Elles sont d’origines endogènes, dues au processus naturel de mutation ou au stress oxydatif que subissent toutes les cellules. Pour filer la métaphore musicale, les trois sous-types ont été nommés « piano », « mezzo forte » et « forte ». Le sous-type « piano », majoritaire dans les échantillons analysés, est caractérisé par la présence de plusieurs gènes mutés comme UAB1 ou encore KRAS, et une croissance lente. 

Le deuxième sous-type « mezzo forte » présente une amplification de certains gènes, c’est-à-dire la présence d’une copie en plus dudit gène, et des mutations dans le gène EGFR qui code pour le récepteur de l’EGF (epidemial growth factor). La mutation de ce récepteur est associée à plusieurs cancers, dont celui du poumon et du sein. Dérégulé, il favorise la prolifération incontrôlée des cellules. Les cancers du poumon de type « mezzo forte » croissent rapidement. Enfin le sous-type « forte » est caractérisé par la polyploïdie. Dans ces cellules cancéreuses, le génome entier est dupliqué (whole genome doubling). Elles ne sont plus diploïdes (deux copies de chaque gène), mais polyploïdes avec au moins trois copies du génome. 

« Nous sommes au début de notre compréhension sur comment ces tumeurs évoluent. Cette analyse montre qu’il y a une hétérogénéité, ou une diversité, dans les cancers pulmonaires chez ceux qui n’ont jamais fumé », explique le docteur Maria Teresa Landi du National cancer institute de Bethesda (États-Unis) et investigatrice principale de cette étude. Ces recherches pourraient améliorer la prise en charge des cancers chez les non-fumeurs.

Vous aimez nos articles et le travail de vulgarisation scientifique réalisé par nos journalistes ? Vous pouvez aujourd’hui nous soutenir en rejoignant nos abonnements sur Patreon !

Deux formules d’abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : bénéficiez d’un accès garanti sans publicité sur tout le site pour 3,29 €/mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l’accès sans publicité, participez à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 €/mois (+TVA).

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page