Technologie

Renault annonce sa Mégane E-Tech 100% électrique

La voilà enfin ! Après des mois d’attente, la nouvelle voiture 100% électrique du constructeur français a été dévoilée. La Mégane E-Tech Electric ouvre un nouveau chapitre chez le losange, celui de son opération « Renaulution ». En effet, la compacte est le premier modèle basé sur la nouvelle plateforme CMF-EV, dédiée aux véhicules zéro émission. La version présentée à Munich devrait prendre la route en mars 2022.

Bien qu’elle reprenne un nom bien connu des amateurs de la marque au losange, la nouvelle Mégane n’a pas grand-chose à voir avec ses prédécesseurs. En termes de design déjà, elle tourne le dos à ses aînées pour tenter un mélange osé entre SUV, compacte et Coupé. Le résultat final est original, mais pas déplaisant. 

Design osé, intérieur maîtrisé 

A l’intérieur, les ingénieurs de Renault ont fait un travail considérable pour dépoussiérer l’habitacle des dernières générations. Le nouvel environnement de bord se nomme « OpenR » et aurait été développé en partenariat avec Google. Le tout est formé par l’assemblage de deux écrans de 12,3 et 12 pouces (l’écran média existe en version 9 pouces sur l’entrée de gamme). Comme chez Mercedes avec l’Hyperscreen, les deux écrans semblent former un même ensemble puisqu’ils sont dissimulés sous la même dalle en verre en forme de « L » renversé.

L’OS censé faire tourner l’ensemble n’est autre qu’Android. Sur ce point, Renault fait le même choix que Volvo ou Ford, à savoir confier la partie interface de son véhicule à un spécialiste du software. Le constructeur perd certainement un peu du contrôle de son véhicule, mais l’utilisateur devrait en sortir gagnant. Bien évidemment, ce système est compatible sans fil avec Android Auto et CarPlay. 

Sous le capot, la Mégane E-Tech Electric renferme le tout nouveau groupe motopropulseur de l’Alliance Nissan/Renault. Il s’agit d’un moteur synchrone qui sera déployé en deux versions, l’EV40 (96 kW et 250 Nm de couple) et l’EV60 (160 kW et 300 Nm de couple). Quant à la batterie, Renault a choisi de faire confiance à LG Chem et à sa nouvelle génération de batteries lithium-ion. Celles-ci sont particulièrement fines, ce qui facilite leur intégration et permet d’économiser de l’espace à bord. Comme pour la partie moteur, deux options seront proposées, 40 kWh (300 km d’autonomie) ou 60 kWh (450 km d’autonomie). Quant à la partie recharge, elle est plutôt classique en courant alternatif (jusqu’à 22 kW) et peut atteindre 130 kW en courant continu (DC). 

La batterie pourrait souffrir de la comparaison

Si Renault semble avoir fait de véritables progrès dans l’habitacle, les valeurs annoncées sur la batterie risquent de constituer le point faible de la future Mégane. Celles-ci ne sont pas ridicules, bien entendu, mais elles sont déjà inférieures à ce que proposent des véhicules commercialisés depuis plusieurs mois à un prix vraisemblablement équivalent. En effet, le tarif de base de la future Mégane E-Tech Electric devrait se situer aux alentours de 40 000 euros hors bonus. À ce niveau de prix, une Tesla Model 3 ou même une Hyundai Kona, dans un autre style, sont des alternatives plus solides en matière d’autonomie.

Malgré cette relative faiblesse de ses batteries, la nouvelle Mégane E-Tech a bien des arguments pour séduire. Renault ouvrira les réservations pour sa compacte en janvier 2022. Quant à la commercialisation, elle devrait avoir lieu en mars de la même année. 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page