Economie

BMW aspire à devenir le champion de l’économie circulaire

Le président du groupe BMW, Olivier Zipse, présente le concept-car Vision Circular, à Munich (sud de l’Allemagne), le 6 septembre 2021.

Le concept car dévoilé, lundi 6 septembre, par BMW au salon de la mobilité de Munich (Allemagne), qui fermera ses portes dimanche 12 septembre, ne préfigure en rien le style de ses prochains modèles. Bien au contraire. Le capot très plongeant et l’extrême simplicité de ses lignes, dont les formes douces évoquent un monospace, n’ont pas grand-chose à voir avec le design volontiers spectaculaire de la gamme actuelle.

Le concept Vision Circular, véhicule intégralement recyclable envisagé à l’horizon 2040, entend signifier l’engagement du constructeur bavarois en faveur de l’économie circulaire. D’ici à 2030, BMW promet de porter de 30 % à 50 % la proportion de matériaux recyclés intégrés dans ses modèles. « Nous voulons devenir la marque premium la plus durable au monde », affirme Oliver Zipse, le président du groupe.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi BMW ou le réveil des vétérans de la voiture électrique

Les 10 millions de voitures tout-électriques que la firme prévoit de fabriquer au cours de la décennie à venir devraient contribuer à diminuer de 50 % les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de l’ensemble des nouvelles BMW lorsqu’elles circulent. Cependant, les dirigeants de la marque veulent porter l’effort « sur l’intégralité du cycle de vie des véhicules », en se penchant également sur leurs conditions de fabrication. Ce qui doit permettre d’abaisser de 40 % l’empreinte carbone globale des futurs modèles.

La gamme BMW recourt déjà à 25 % d’acier et 50 % d’aluminium recyclés. A l’avenir, il devrait être possible d’atteindre des taux de respectivement 50 % et 80 %. Pour les batteries, un pourcentage de 95 % de produits « secondaires » est visé, d’autant que les évolutions technologiques doivent conduire à une réduction du recours au cobalt, métal difficile à réutiliser.

Consommation croissante d’énergie et de matières premières

Recycler ces matériaux permet aussi de limiter de plus de moitié la consommation d’énergie nécessaire à leur production. En ce qui concerne le plastique, les choses sont plus complexes : pour l’heure, BMW s’en remet à 20 % de plastiques recyclés et compte atteindre le seuil de 50 %.

L’engagement en faveur du recyclage, qui revêt une importance croissante dans la communication des constructeurs, recouvre certains non-dits. On peut y voir une conséquence de la consommation croissante d’énergie et de matières premières qu’impose en amont l’électrification des véhicules, lors de leur fabrication, du fait de la présence de batteries. Un différentiel avec les modèles thermiques qui sera plus ou moins compensé par l’absence de CO2 émis lors de la phase d’utilisation. Par ailleurs, les organisations environnementales soulignent fréquemment que cette problématique fait l’impasse sur la croissance tendancielle du poids des véhicules, en particulier du fait du succès des SUV. Des voitures plus légères seraient, de facto, plus faciles à recycler.

Il vous reste 24.03% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page