Politiques

“Je suis en rupture avec la vieille politique”

Guilhem Carayon, 22 ans, président des Jeunes Républicains, à Paris.
Guilhem Carayon, 22 ans, président des Jeunes Républicains, à Paris. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Peut-on être en rupture avec “la vieille politique” quand on est chez Les Républicains ? “Oui“, affirme Guilhem Carayon, 22 ans, président des Jeunes LR, élu en avril dernier avec 62% des voix. “Je crois en une droite populaire“, lance le jeune Tarnais, avant d’ajouter : “La droite doit parler aux personnes aisées mais aussi aux personnes précaires”.

Pourquoi avoir choisi de s’engager auprès du parti Les Républicains ? “C’est un mouvement qui correspond à mes valeurs“, déclare Guilhem, fils de Bernard Carayon, maire de Lavaur depuis 1995 et ancien député UMP du Tarn. “Mes valeurs, ce sont les valeurs de la République, c’est-à-dire croire en la France, croire en une nation une et indivisible, qui porte des valeurs d’autorité de l’État, des valeurs de travail, de liberté et d’émancipation individuelle.”

Alors que l’abstention a atteint des niveaux records chez les 18-24 ans lors des derniers scrutins régionaux, Guilhem Carayon croit que “la politique et le vote, c’est une façon de faire changer les choses“. “Je comprends les jeunes qui disent qu’ils ne croient plus dans la politique parce qu’ils ont été dégoûtés par les partis”, constate le président des Jeunes LR. “C’est à nous de faire changer les choses. On est capables de faire émerger de nouvelles idées”, ajoute-t-il.

De nouvelles idées, oui mais lesquelles ? “Défendre une écologie plus pragmatique, qui va avec la croissance“, propose Guilhem Carayon qui ne croit pas “dans l’écologie qui est portée par le parti EELV“, qui selon lui “en s’attaquant au sapin de Noël et au Tour de France, s’attaque à la culture française qui fait la fierté du peuple français“.

Est-ce que les jeunes de droite votent Les Républicains ? “Non“, répond franchement Guilhem. “Ils votent pour des partis plus extrémistes comme le RN ou l’extrême-gauche“, affirme-t-il. “Tous les politiques véreux qui dégoûtent les jeunes, il faut les remplacer“, y compris dans sa propre famille politique. “Il y en a de partout, dans toutes les formations politiques“, explique-t-il. 

Moi je suis en rupture avec la vieille politique”, assure Guilhem. “Cela me fatigue tous ces politiques qui récitent des éléments de langage, creux et impersonnels sur les plateaux TV, confie-t-il avant de conclure : Moi ce que je veux, c’est des gens qui parlent avec leurs tripes, avec leur cœur. Le jour où on aura que des politiques comme ça, les jeunes retourneront voter, parce que la sincérité ça ne ment pas et les jeunes seront touchés par ça.”


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page