Economie

« L’apprentissage en ligne n’en est qu’à ses débuts »

Une lycéenne lors d’un contrôle en ligne, chez elle à Chisseaux (Indre-et-Loire), le 27 mars 2020.

De nationalité espagnole et américaine et de culture française, Sidney Taurel est président du groupe britannique Pearson, numéro un mondial de l’apprentissage par les livres éducatifs et l’enseignement en ligne.

Pensez-vous que la crise sanitaire et les confinements vont modifier durablement le monde de l’éducation ?

Oui. La pandémie a changé la manière dont nous travaillons, vivons et apprenons, nous forçant à trouver des méthodes nouvelles et plus efficientes. L’apprentissage est à la clé de cette évolution et de toutes les opportunités qu’elle engendre. A preuve : la vitesse et l’échelle auxquelles cet apprentissage est passé en ligne, et l’accélération de la demande de nouvelles formes numériques pour apprendre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’enseignement en ligne à l’épreuve du Covid-19

Dans ce marché du savoir où nous vivons désormais, le monde du travail évolue plus vite que la plupart des travailleurs. Ce phénomène crée un énorme besoin de reconversion et de perfectionnement. On estime que 30 % des jobs actuels tous secteurs confondus deviendront obsolètes d’ici 2030 et que l’immense majorité du reste sera transformée par l’automatisation. Les gouvernements, les employeurs et le monde de l’enseignement au sens le plus large doivent travailler en partenariat pour relever ces défis urgents de productivité et de compétences. C’est là un énorme pari.

Quels sont la taille et le potentiel de croissance du marché planétaire du e-learning ?

Le marché de l’apprentissage numérique en est encore à ses premiers pas ; il est estimé à seulement 3 % d’un marché mondial de l’apprentissage d’environ 6 000 milliards d’euros. En tant que leader mondial, Pearson est bien placé pour tirer parti des énormes opportunités qui s’ouvrent à mesure que l’apprentissage devient de plus en plus numérique. Aujourd’hui, près de trois quarts de son chiffre d’affaires (4 milliards d’euros en 2020) est directement ou indirectement en ligne. Un déplacement vers l’apprentissage en ligne était déjà en cours avant la pandémie, et celle-ci a fortement accéléré la demande de produits et services de qualité à distance et à grande échelle. Nous estimons que cette tendance forte continuera à l’avenir.

Quels enseignements le e-learning doit tirer des précédents confinements ?

Nous assistons à une quête de qualité. On reconnaît de plus en plus que la fourniture de matériel et services d’apprentissage à grande échelle en ligne requiert expérience, investissements et mise en pratique des sciences de l’enseignement. L’apprentissage virtuel réussi habilite l’apprenant à utiliser le matériel aux moments qui lui conviennent, selon un mélange flexible d’expériences synchrones (en temps réel) et asynchrones, de travaux en solo et d’interactions avec l’enseignant.

Il vous reste 11.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page