Politiques

“Ce mandat est perdu pour la biodiversité”, juge le secrétaire national d’EELV Julien Bayou


Ce mandat est perdu pour la biodiversité“, a estimé vendredi 2 septembre sur franceinfo Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, alors qu’Emmanuel Macron a fait quelques promesses au Congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Le président de la République a notamment pris l’engagement de placer en protection forte 5% des eaux françaises en Méditerranée en 2027, promis une “initiative forte” pour sortir des pesticides au niveau européen ou encore réaffirmé que Paris est contre l’accord Mercosur “tel qu’il est négocié aujourd’hui“.

“Ce sont des beaux discours”, estime Julien Bayou. “Les promesses nous engagent au-delà du quinquennat Macron. Donc quand on me promet 5% de la Méditerranée protégée en 2027, alors rien n’a été fait depuis l’élection d’Emmanuel Macron, Comment le croire ?”, ajoute-t-il. 

Quand on me dit que l’on va s’intéresser à la biodiversité alors que, jusqu’il y a peu, le gouvernement s’obstinait à prendre des arrêtés pour permettre la chasse d’espèces protégées, comment le croire ?”

Le secrétaire national d’EELV fait le constat qu’Emmanuel Macron fait “de beaux discours sur à peu près tous les sujets, la liberté, l’égalité, la fraternité, le climat ou la biodiversité”. Mais il juge que son mandat est “absolument perdu“. Le chef de l’Etat “n’a pas pris la mesure de l’effondrement qui est en cours“, martèle l’écologiste.

Julien Bayou rappelle que le gouvernement a réintroduit les néonicotinoïdes, “des pesticides qui sont dangereux pour la santé humaine, qui sont toxiques pour les abeilles“. Il estime également que “les plus grands dangers pour la biodiversité, c’est le modèle agricole intensif et l’artificialisation des sols“. Selon lui, “sur ces deux sujets, comme la chasse, comme sur les entrepôts d’Amazon, on a des beaux discours et derrière, des reculs“.

Emmanuel Macron s’est engagé à porter une initiative forte de sortie accélérée des pesticides quand la France aura la présidence tournante de la présidence européenne, au premier semestre 2022. “On ne peut plus attendre”, juge Julien Bayou.

Le candidat Macron parlait de la sortie des pesticides. Le président Macron, en 2017 ou 2018, disait c’est dans trois ans. On y est. Et on nous fait patienter jusqu’à la présidence de l’Union européenne. A chaque fois, il y a des bonnes raisons pour attendre

Déplorant également qu’il n’y ait “quasiment rien” dans la loi climat. “On nous parle de promesses 2027, pour 2030, alors qu’aujourd’hui, l’Etat agit dans le sens contraire, moi, cela me désespère“.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page