Economie

La parenthèse estivale est déjà loin pour les salariés de SFR

Equipement SFR, à Paris, en 2015.

La parenthèse estivale est déjà loin pour les salariés de SFR. En pleine rentrée, se profile déjà une vague de départs qui cible environ 1 700 postes, soit près d’un salarié du groupe sur cinq. Les représentants des personnels des différentes entités de l’opérateur doivent rendre leurs avis sur le plan social d’ici au lundi 6 septembre. Il pourra ensuite être formellement déposé à la direction régionale et interdépartementale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Drieets, anciennement la Direccte), un préalable avant l’ouverture du guichet des départs dans les semaines qui viennent.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Malgré la bonne santé de SFR, Patrick Drahi sabre massivement dans les effectifs

Surpris par l’annonce du plan social au mois de mars, les syndicats de SFR le contestent tant sur la forme que sur le fond. Sur la forme, d’abord, parce que la procédure est selon eux entachée d’irrégularités. Les secrétaires du comité social et économique (CSE) central de l’opérateur ont ainsi refusé, mercredi 1er septembre, de rendre un avis sur le plan de restructuration au motif qu’il serait affecté d’« illégalités manifestes », écrivent-ils dans une résolution adoptée à l’unanimité, que Le Monde a pu consulter.

Une direction « en mode rouleau compresseur »

L’intersyndicale, qui réunit les syndicats majoritaires de l’entreprise (UNSA, CFDT et CFTC), accuse notamment sa direction d’avoir violé les accords pris en parallèle du précédent plan de départs de 5 000 postes en 2017. A l’époque, SFR s’était engagé sur un « new deal », qui garantissait la protection des emplois jusqu’à fin 2020. Selon les syndicats, le nouveau plan social a été décidé pendant cette période, ce qui pourrait constituer une fraude à ces accords. D’autant qu’en octobre 2020, les dirigeants de SFR se montraient encore optimistes quant au maintien des emplois dans les années à venir. L’affaire a été portée devant le tribunal judiciaire de Paris, qui doit se prononcer le 21 septembre.

Autre grief : le plan de départs volontaires en cours de préparation ciblerait à mots couverts des postes précis. « 43 % des salariés visés [par le plan] sont seuls dans leurs catégories [d’emplois] et 27 % des postes supprimés appartiennent à des catégories totalement supprimées », observent ainsi les élus sur la base du rapport du cabinet Sextant, qui les a assistés. Ils expriment également leurs inquiétudes quant aux conditions de travail des salariés qui resteront dans le groupe après la prochaine baisse des effectifs.

Il vous reste 40.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page