Economie

Ce qui change le 1er septembre pour le budget des ménages

La rentrée 2021 rime avec hausse des prix réglementés du gaz (+ 8,7 % HT en moyenne).

Ce mois de rentrée est notamment marqué par une forte hausse des tarifs réglementés du gaz ainsi que par de nouvelles modalités d’indemnisation de l’activité partielle.

  • Les tarifs réglementés du gaz augmentent de près de 9 %

Les hausses se succèdent pour les tarifs réglementés du gaz commercialisés par Engie, qui croissent à nouveau fortement en ce 1er septembre, de 8,7 % (HT) en moyenne. Dans le détail, l’augmentation « est de 2,7 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 5,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 9,0 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », a précisé la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Depuis le 1er août 2020, les évolutions mensuelles se sont toutes traduites par des hausses (près de 10 % en juillet 2021, notamment), à une exception près, le 1er avril 2021 (– 4,1 %). Au final, la hausse moyenne des tarifs est de près de 16 % depuis le 1er janvier 2019, de 31 % depuis le 1er janvier 2020 et de presque 40 % depuis le 1er janvier 2021.

« Cette hausse d’une ampleur inédite est observée dans tous les pays européens et asiatiques, indique la CRE. Elle s’explique par la reprise économique mondiale (…) et par la forte augmentation des prix du gaz sur le marché mondial. » En cause : « des prix asiatiques en hausse continue, conduisant à diminuer fortement l’offre en Europe », mais aussi les « niveaux des stockages européens au plus bas depuis des années », qui « doivent être reconstitués rapidement pour l’hiver » et qui rendent le marché très « sensible aux problèmes de maintenance ».

  • Les titres-restaurant 2020 sont périmés, mais les 38 euros sont prolongés

Il reste finalement possible de payer quotidiennement en titres-restaurant jusqu’à 38 euros au restaurant (le plafond est de 19 euros en temps normal), et de régler par ce biais sa note au restaurant tous les jours, week-ends et jours fériés compris. Ces mesures d’assouplissement liées à la crise sanitaire devaient prendre fin ce 1er septembre mais le gouvernement a annoncé, dans un communiqué, leur prolongation jusqu’à fin février 2022.

« Les surstocks de titres épargnés du fait des restrictions sanitaires de ces derniers mois ne sont pas encore complètement résorbés », précise le communiqué. « Le stock (…) détenu par les salariés est, d’après les émetteurs, supérieur de plusieurs centaines de millions d’euros par rapport à la normale. »

Ce 1er septembre marque toutefois la fin de la validité des titres-restaurant estampillés 2020, qui avait été exceptionnellement prolongée. Les salariés disposant de titres « papier » ont jusqu’au 15 septembre pour rendre ces titres périmés à leur employeur et obtenir en échange des tickets « 2021 ».

  • L’indemnisation du chômage partiel diminue pour certains

Le 1er juillet, les salariés en activité partielle ont vu leur indemnité passer de 70 % à 60 % du salaire brut (d’environ 84 % à 72 % du salaire net) dans le cas général et en l’absence d’accord d’activité partielle de longue durée (sauf pour les rémunérations au smic, pour lesquelles l’indemnité est toujours de 100 %). Les salariés des entreprises des secteurs dits « protégés », les plus touchés par la crise sanitaire, n’étaient toutefois jusqu’ici pas concernés par cette baisse. Ils doivent l’être à partir de ce 1er septembre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La fraude au chômage partiel a déjà coûté 50 millions d’euros à l’Etat

Le taux de 70 % doit néanmoins être maintenu pour l’heure dans certaines situations, en cas de forte chute du chiffre d’affaires de l’entreprise, si elle relève des secteurs protégés, et dans les entreprises administrativement fermées.

  • Impôts : un nouveau taux de prélèvement à la source

Ne soyez pas surpris quand vous recevrez votre paie de septembre : à partir de ce mois-ci, votre taux de prélèvement à la source pourra avoir changé, en fonction de vos revenus 2020, que vous avez déclarés avant l’été. La substitution se fait automatiquement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Impôts : il n’est pas trop tard pour corriger sa déclaration de revenus

Si en début d’année vous étiez intervenu dans votre espace personnel du site des impôts pour modifier votre taux, celui-ci continuera à s’appliquer, sauf si le taux issu de votre dernière déclaration est supérieur.

  • SNCF : un « forfait télétravail »

Un nouvel abonnement SNCF est utilisable à compter de ce 1er septembre sur les TGV et les trains Intercités : le « forfait annuel télétravail ». S’adressant à ceux qui voyagent sur la même ligne deux à trois fois par semaine, il permet de réserver jusqu’à 250 trajets, « avec un tarif 40 % inférieur au forfait annuel classique », annonce la SNCF. Attention toutefois à ne pas télétravailler le vendredi car le forfait est valable du lundi au jeudi.

Les tarifs dépendent de la ligne. Exemple donné par la SNCF pour le trajet Paris-Lille : 351 euros par mois avec cet abonnement, contre 586 euros avec le forfait annuel classique.

Lire aussi « Le travail ne peut plus être un bunker qui tourne le dos au reste de la vie »

Autre nouveauté dans les transports en commun ce 1er septembre : en Provence-Alpes-Côtes d’Azur, les trains et bus du réseau « Zou » seront gratuits durant quatre mois pour les 18-26 ans domiciliés dans la région (l’offre ne concerne ni les bus de transport scolaire, ni les trains sortant de la région, ni les transports urbains – les modalités ici).

  • Aide au logement et contrats de professionnalisation

A compter de septembre, les personnes en contrat de professionnalisation bénéficieront, pour le calcul de leur aide au logement, d’un abattement de leurs revenus équivalent au smic. Cette mesure a été instaurée pour contrer les effets, sur cette population, de la réforme du mode de calcul des aides au logement intervenue le 1er janvier 2021 (le « calcul en temps réel).  « Cela porte sur les droits de septembre payés en octobre », précisent les services de la ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon.

  • Pas de « forfait urgences » avant 2022

Le 1er septembre devrait être marqué par l’entrée en vigueur d’une modification de la tarification des services d’urgences, prévue dans le budget 2021 de la Sécurité sociale : l’instauration d’un « forfait patient urgences » facturé aux patients dont la prise en charge par ces services n’est pas suivie d’une hospitalisation. Ce tarif forfaitaire, qui doit remplacer le système de tarification actuel, avait été annoncé d’un montant proche de 18 euros, et de 8 euros pour le tarif réduit (montants non encore confirmés par arrêté).

Les dates à retenir en septembre

– 13 septembre. La SNCF a assoupli ses conditions de remboursement et d’échange et il est actuellement possible, jusqu’au 12 septembre, de se faire rembourser ou d’échanger sans frais son billet de TGV ou de train Intercités avant le départ, et jusqu’à 1 heure 30 avant le départ pour les trains Ouigo. Pour les voyages à partir du 13 septembre, les conditions normales devraient toutefois s’appliquer à nouveau.

– 27 septembre. Date du prélèvement par l’administration fiscale de l’impôt sur la fortune immobilière (dans le cas général) et du solde de l’impôt dû au titre des revenus 2020, s’ils sont prélevés automatiquement. Sinon, la date limite est fixée au 20 septembre pour payer en ligne, et au 15 septembre pour payer de façon non dématérialisée.

En cas de solde de l’impôt sur le revenu supérieur à 300 euros, la somme sera étalée sur quatre prélèvements, du 27 septembre au 27 décembre.

Cette réforme serait toutefois reportée au 1er janvier 2022, selon les informations de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page