Politiques

les militants insoumis affichent leur détermination lors de l’université d’été du parti dans la Drôme


Aux conférences et aux concerts des AMFIS 2021 (université d’été de La France insoumise), qui se tiennent jusqu’à dimanche à Valence, dans la Drôme, tous affichent leur confiance pour la victoire de leur champion en 2022. Sur le stand du Discord insoumis, une borne d’arcade permet de jouer à Fiscal Combat, un jeu vidéo qui met en scène Jean-Luc Mélenchon. “C’est le jeu de la vidéo de la campagne 2017. On a une petite coupe pour le vainqueur du tournoi de cette année”, explique Théo, qui anime la campagne sur le numérique. Cette rentrée, il l’aborde avec sérénité et “optimisme”, assure-t-il. “Nous, ce qu’on veut, c’est faire gagner nos idées. On est là pour essayer de gagner. On veut arrêter cette casse sociale, la casse écologique du gouvernement Macron”, résume le jeune militant. Il y a aussi beaucoup d’affiches parodiques, comme celle représentant Jean-Luc Mélenchon en Bruce Lee et sur laquelle on peut lire : “La fureur de vaincre la pauvreté”.

Pour Eloïse, militante d’Aubagne, “pas de doute” sur son candidat. Mais elle craint tout de même une campagne très à droite. “Ce qui m’inquiète, c’est de voir Éric Zemmour qui se présente officiellement. Et j’ai un peu peur du coup qu’au niveau des débats, ça tourne surtout autour de ses propos qui vont sûrement marquer beaucoup de personnes, et que ce soit centré sur ça à chaque fois.”  Du côté du photomaton, Sébastien, un militant des quartiers nord de Marseille, valide la stratégie des Insoumis : aller chercher les abstentionnistes. “C’est vraiment aller voir les gens, faire du porte à porte, leur expliquer un peu la situation et comment leur vote est utile”, explique-t-il. “Je pense qu’après, ça peut changer, mais c’est un travail de longue haleine, c’est très difficile et je pense que c’est compliqué”, reconnaît cependant le militant, pour qui la mobilisation dans les quartiers populaires notamment est essentielle.

Parmi les visiteurs des ces AMFIS 2021, tous ne sont pourtant pas encore convaincus par la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qui tiendra son meeting de rentrée dimanche 29 août au Palais des Congrès de Châteauneuf-sur-Isère, point d’orgue de cette université d’été. Nathan, jeune électeur de gauche, se laisse encore du temps. “Je suis venu essentiellement ici pour l’ambiance du lieu”, dit-il, tout en confiant qu’il n’a pas encore faire son choix pour l’élection présidentielle. Le fait d’être là aujourd’hui ne veut pas forcément dire qu’il votera pour Jean-Luc Mélenchon en 2022, mais “c’est toujours intéressant d’aller voir ce que chacun a à dire, et ce n’est pas parce qu’on ne partage pas l’ensemble des mêmes valeurs qu’on ne peut pas échanger et en discuter”, poursuit-il. Au concert des ambitions présidentielles, il reste quelques mois à Jean-Luc Mélenchon pour incarner le chef d’orchestre de la gauche.

A l’université d’été des Insoumis, les militants veulent y croire – Reportage de Benjamin Mathieu


écouter




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page