Economie

« L’observation de la Terre est un outil-clé pour la mise en œuvre du pacte vert européen »

Tribune. Le pacte vert européen exige une action immédiate, guidée par des données précises et fiables. Celles-ci jouent un rôle majeur pour éclairer les décisions des gouvernements en matière d’identification des risques, d’allocation des ressources et de suivi des résultats obtenus. Toutefois, le manque de données fait cruellement défaut pour évaluer concrètement les progrès accomplis par les pays dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies [à l’horizon 2030].

Des lacunes que peut combler l’imagerie satellite. Bien que le programme Copernicus restitue déjà des données géospatiales pour la politique climatique, disposer de résolutions spatiales, temporelles et spectrales plus élevées permettrait d’assurer un suivi détaillé sur plusieurs décennies. La Commission européenne peut prendre des mesures supplémentaires pour tirer parti des dernières innovations, notamment en matière d’analyse des données et d’indexation, à travers des partenariats publics et privés.

Bien que la connaissance de la Terre par l’imagerie satellite n’ait rien de nouveau, le secteur spatial innove constamment, dépassant ses capacités d’une année sur l’autre. Les satellites de télédétection mesurent avec précision le niveau des mers et la présence de dioxyde de carbone, de méthane et d’autres gaz à effet de serre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Paquet climat européen : « On entre dans le dur du pacte vert »

Les satellites optiques surveillent les phénomènes météorologiques extrêmes en observant les températures à la surface de la mer, la vitesse du vent et le niveau de la mer. L’imagerie radar et l’altimétrie nous ont appris que les calottes polaires du Groenland et de l’Antarctique fondent six fois plus vite aujourd’hui que dans les années 1990.

Des informations uniques

En outre, l’amélioration des résolutions optiques et temporelles des satellites d’observation de la Terre assure une surveillance en temps réel et offre de meilleures capacités de prévision et de modélisation du climat. Les données satellites peuvent aussi être utilisées comme des données d’entraînement utiles aux applications d’apprentissage automatique. Par exemple, les données géospatiales seront une ressource majeure dans le cadre du projet de la Commission européenne, Destination Earth (DestinE), visant à développer un modèle numérique de très haute précision de la Terre pour surveiller et simuler l’activité naturelle et humaine.

L’observation de la Terre est un outil-clé pour la mise en œuvre du pacte vert européen, car elle fournit des informations uniques, invisibles les pieds sur terre. Dans le secteur agricole, elle est utilisée pour surveiller la santé des cultures, détecter les variations dans les champs et prévoir les rendements. Elle permet aux agriculteurs d’optimiser plus facilement leurs intrants et de réduire l’utilisation des pesticides, un objectif important de la stratégie « de la ferme à la table » favorisant la mise en place de systèmes alimentaires durables.

Il vous reste 51.12% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page