Sports

Monaco, c’est terrible

Après avoir mené 2-0, et malgré une foultitude d’occasions, l’AS Monaco a été éliminée sur la pelouse du Shakhtar Donetsk (2-2 a.p.) en barrage de la Ligue des champions. Le début de saison vire au cauchemar pour le club de la Principauté.

Le football peut être parfois cruel, et l’AS Monaco est bien placée pour le savoir. Après une entame de championnat manquée (1 point pris en trois matches), le club de la principauté jouait son début de saison, et une bonne partie de l’exercice dans son ensemble, sur ce barrage retour de Ligue des champions. Battu à Louis-II il y a une semaine (0-1), la formation de Niko Kovac devait réagir, et elle l’a fait d’une certaine manière. Mais un scénario terrible a fini par condamner l’ASM.

Après avoir mené 2-0 à la pause, le club du Rocher s’est fait rejoindre en seconde période à 2-2 sur l’ensemble des deux matches, malgré une nette supériorité dans le jeu. Et sur un contre anodin, Ruben Aguilar, entré en jeu quelques plus tôt à la place d’un Djibril Sidibé énorme dans le combat, a dévié du tibia un centre dans ses propres filets (2-2, 114e), offrant la qualification pour la C1, et les millions qui vont avec, aux Ukrainiens de Roberto De Zerbi.

Ben Yedder, un doublé pour rien

Pour Monaco, c’est rageant, donc, car les Rouge et Blanc avaient réalisé 90 minutes de grande qualité (25 tirs à 9 sur l’ensemble du match). Auteur d’un début de saison en demi-teinte, à l’image de son équipe, Wissam Ben Yedder s’est réveillé en inscrivant un doublé (18e, 39e). Mais il en aurait fallu un de peu plus. Avant et après le but de Marlos (1-2, 74e), l’ASM a eu les occasions pour marquer le troisième but, par Ben Yedder (45e+1, 65e), ou Kevin Volland (67e).

Il y a aussi des situations douteuses dans la surface ukrainienne (71e, 88e), sans qu’Anthony Taylor et la VAR n’interviennent, et surtout deux énormes opportunités dans le temps additionnel pour Kevin Volland (90e, 90e+2), avec notamment une parade exceptionnelle de Pyatov sur la deuxième phrase de l’Allemand. Et comment ne pas évoquer le sujet: sans la réforme du but à l’extérieur, Monaco se serait qualifié avec ce 2-1, après le 0-1 du match aller. Il n’y aurait pas eu cette prolongation, et ce CSC aussi incroyable que cruel.

 

 

 

 

 




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page